Absence remarquée du maire

Bernard Sévigny... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Bernard Sévigny

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Le conseiller Robert Pouliot représentait le maire Bernard Sévigny, mardi, quand le ministre de la Culture et des Communications Luc Fortin a annoncé l'aide financière du gouvernement du Québec au projet de salle de diffusion intermédiaire. Si l'absence du premier magistrat a surpris le conseiller Pierre Tardif, le principal intéressé rapporte avoir donné la priorité à la réunion du comité exécutif de la Ville de Sherbrooke.

« Je suis surpris qu'il ne soit pas ici », a indiqué Pierre Tardif, président du comité de la culture. « Il doit y avoir quelque chose de très, très spécial pour manquer une annonce de cette envergure-là, pour un projet qui était tant attendu. Il me semble que j'aurais fait un effort ce matin pour être là. C'est son choix. On a vu en fin de semaine dans le journal les réactions entre le ministre, le maire et le fédéral. Je ne sais pas si c'est ça qui le désappointe ou ne le met pas à l'aise, mais pour une annonce comme ça, j'aurais pilé sur mon orgueil et j'aurais été ici ce matin. »

Robert Pouliot, maire suppléant, parlait d'un concours de circonstances. « On m'a dit qu'il y avait une annonce importante et que le délai était court. On m'a demandé si j'étais disponible pour être le porte-étendard du Renouveau [sherbrookois]. »

Le ministre Fortin s'est bien gardé d'en rajouter. « Moi et le maire avons eu l'occasion d'échanger. La Ville est bien représentée par le maire suppléant et le président du comité de la culture. Le maire pourra expliquer pourquoi il n'est pas là ce matin. Je peux vous dire que nous avons eu une bonne discussion vendredi et nous avons mis en place ce qui devait être mis en place pour arriver à cette belle annonce. »

Pris de court?

La rapidité de l'annonce, un mardi matin, aurait-elle pris le maire de court? « C'était important à la suite de la semaine dernière d'envoyer un signal clair que nous souhaitons aller de l'avant avec ce projet, non seulement à l'égard de Côté scène, qui n'a jamais douté des orientations des partenaires, mais aussi pour les partenaires privés. Pour moi il est important d'envoyer ce signal-là ce matin. »

Le maire Bernard Sévigny évoque la réunion du comité exécutif et la nature de l'annonce de mardi matin pour expliquer son absence. « C'est la fin de la saison, parce qu'on ajourne le 2 juillet. Les dossiers structurants se bousculent. Nous les abordons de façon systématique au comité exécutif et je n'en manque pas. C'est ma priorité autant comme maire de Sherbrooke et même dans mes activités de l'UMQ, le conseil municipal et le comité exécutif, c'est ma fonction première. Je me soustrais rarement du comité exécutif. Je ne parlerai pas des dossiers d'analyse que nous avons eus au comité exécutif, mais vous comprendriez que ma place était ici. »

M. Sévigny admet que le point de presse était important, mais qu'il s'agissait de la confirmation d'une aide à laquelle le ministre s'était déjà engagé. « C'est pour ça que nous avons affecté le maire suppléant. »

Le ministre n'aurait-il pas pu attendre quelques heures avant de procéder à son annonce? « Son orientation était de l'annoncer aussitôt la résolution adoptée par le conseil municipal. Qu'il décide de le faire le mardi avant-midi, c'est sa prérogative, c'est son agenda. Sauf que malheureusement ce n'est pas le mien. Il ne voulait surtout pas qu'il y ait d'ambiguïté entre la décision du conseil de lundi soir et la suite des choses. »

avec Luc Larochelle




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer