Pierre Harvey s'excuse timidement

Les excuses du consultant d'Harvey International, Pierre Harvey,... (Archives La Tribune, Frédéric Côté)

Agrandir

Les excuses du consultant d'Harvey International, Pierre Harvey, à l'endroit des membres du conseil municipal n'ont pas satisfait certains d'entre eux.

Archives La Tribune, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le consultant d'Harvey International, Pierre Harvey, qui oeuvre dans le dossier de l'aéroport de Sherbrooke, a acheminé une lettre d'excuses au directeur général de la Ville de Sherbrooke pour les propos qu'il a tenus sur les ondes du 107,7. Plusieurs élus ont qualifié ces excuses de timide et se sont dits déçus.

« Il appert que lors de l'entrevue d'information sur le dossier de l'aéroport de Sherbrooke qui a eu lieu le 2 mai 2017 [...], mes propos auraient pu choquer les conseillers municipaux.

« J'ai toujours reconnu [...] le droit aux élus d'adresser des questions ou de formuler des commentaires constructifs sur des dossiers publics, ce qui est aussi l'essentiel de notre démocratie. Toutefois, si certains de mes propos ont pu offusquer ou blesser les membres du conseil municipal, je m'en excuse très sincèrement », écrit M. Harvey.

À la radio, M. Harvey avait déclaré : « Le principe des quatre ou cinq conseillers qui s'opposent depuis toujours, mais qui s'opposent pour s'opposer, je pense, aucun d'eux n'a communiqué avec moi en cinq ans pour s'informer du dossier. Rouleau et Tardif sont allés en conférence de presse, il y a quelques semaines, et Tardif est allé dire droit comme une barre qu'Harvey International a écrit qu'il y aurait 300 000 vols par année... Pôvre toi, Pierre, appelle-moi avant de dire des âneries. »

Les conseillers Jean-François Rouleau, Pierre Tardif et Annie Godbout avaient demandé des excuses publiques. M. Rouleau avait même demandé la fin du contrat de consultation lié à l'aéroport de Sherbrooke octroyé à Harvey International.

Dans sa lettre, Pierre Harvey réitère que l'étude réalisée par sa firme avec plusieurs partenaires est « fiable et complète » et il réitère qu'il croit au succès de l'aéroport et assure la Ville de tous ses efforts pour terminer son mandat.

Déception

Julien Lachance a été le premier à formuler sa déception. « J'aurais pensé que M. Harvey exprime davantage ses regrets. »

« Ce sont des excuses timides qui ne respectent pas l'objectif d'exprimer sincèrement des regrets à l'égard des élus, car il y a plus de mots pour justifier son travail que pour se repentir », a ajouté Nicole Bergeron.

« Ces excuses n'en sont pas. Elles auraient dû être faites publiquement à la radio où les propos ont été tenus », a commenté Jean-François Rouleau.

Annie Godbout a jugé que ces excuses n'avaient « aucune valeur. Elles sont inacceptables pour moi. J'ai contacté la direction générale en demandant de me donner accès aux études et analyses dont parlait M. Harvey à la radio. On m'a répondu que nous n'en avons aucune. Comment le consultant peut avoir ridiculisé une élue publiquement alors que ces études n'existent pas [...] et comment peut-on avoir confiance en un consultant dans un tel contexte? »

Hélène Dauphinais en a ajouté. « Ce n'est pas la première fois que ça se produit. C'est un symptôme d'un climat qu'on a laissé s'installer. Rappelez-vous le promoteur du spectacle Cowboys, qui avait parlé de la junte politique. Ça déprécie le travail qu'on fait comme élus. En plus, la lettre n'est même pas adressée aux gens à qui il devait s'excuser. »

Le maire Bernard Sévigny laisse l'appréciation des excuses à chacun des élus. « L'important c'est qu'il y ait une lettre d'excuses qui soit déposée au conseil municipal. Pour le reste, chacun peut tirer la sincérité ou non de ses excuses. Moi ça me convient. »

En bref

René-Lévesque : les travaux pourront commencer

Fini les obstacles à la construction du boulevard René-Lévesque. Le conseil municipal a entériné lundi les ententes avec les promoteurs qui détiennent les terrains touchés par les travaux, entre les boulevard Industriel et la rue Henri-Labonne. L'échéancier de construction et les accès au chantier seront précisés dans les prochains jours. Néanmoins, la Ville réitère qu'elle sera en mesure de livrer le terrain de la future école C selon les échéanciers de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke. Les deux premières phases du boulevard René-Lévesque auront une longueur totale de 2,75 km et incluent les carrefours giratoires des rues Magnelli, Matisse et Henri-Labonne. Les travaux sont évalués à 19 M$. 

Les districts électoraux ont des noms

Les districts électoraux en prévision des élections municipales de novembre ont maintenant des noms. Si la plupart des dénominations actuelles seront conservées malgré le redécoupage du territoire, trois nouveaux noms font leur apparition. Ainsi, les noms des districts de Beckett, Montcalm, Marie-Rivier, Lavigerie, Centre-Sud, de la Croix-Lumineuse, des Châteaux-d'eau et du Domaine-Howard disparaissent, notamment parce qu'ils ont été en partie fusionnés. Naissent maintenant les districts du Golf (district 4.4), de l'Hôtel-Dieu (2.1) et du Lac-des-Nations (4.3). Les nouveaux noms permettent d'emblée de situer chacun de ces districts. Les élections municipales sont prévues le 5 novembre 2017. Le nombre de districts municipaux passera de 19 à 14 alors que le nombre de districts d'arrondissement passera de 4 à 2. Le nombre d'arrondissements passera de six à quatre. Les arrondissements sont pour le moment numérotés. Leur nom sera déterminé après les élections. Pour connaître les limites

des arrondissements, on consulte le sherbrooke.ca/districts.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer