SherWeb à Longueuil: Sherbrooke manquait de main-d'oeuvre

En pleine expansion, l'entreprise sherbrookoise SherWeb ouvrira un... (Archives, La Tribune)

Agrandir

En pleine expansion, l'entreprise sherbrookoise SherWeb ouvrira un bureau sur la Rive-Sud de Montréal, où elle investit 8 M$.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) SherWeb n'aurait pas pu prendre plus d'expansion à Sherbrooke, où la main-d'oeuvre disponible est insuffisante. C'est l'explication que fournit Samuel Guenette, vice-président au service client chez SherWeb, pour expliquer la création de 200 emplois à Longueuil.

L'entreprise sherbrookoise annonçait effectivement mardi qu'elle ouvrait un bureau sur la Rive-Sud de Montréal, où elle investit 8 M$.

« Nous connaissons une croissance effrénée. C'est une façon de recruter plus rapidement. Le bassin de population est évidemment plus grand dans le secteur de Montréal. Déménager 200 personnes et leur famille à Sherbrooke, c'était inimaginable. Le choix logique était de nous implanter sur la Rive-Sud, un endroit où nous pouvons nous rendre rapidement. Nos bureaux de Sherbrooke vont continuer de croître en parallèle », explique M. Guenette.

« Pour répondre à la demande, nous devons être opportunistes et voir toutes les options. Nous avons un problème d'offre et de demande. Dans nos locaux de Sherbrooke, nous avons une centaine de places libres. Nous pourrions faire travailler une centaine de personnes de plus, mais nous n'avons pas ces ressources-là. Nous n'avons pas le choix de piger dans d'autres bassins parce qu'il n'y a pas de ressources ici. »

Samuel Guenette estime qu'il faut continuer d'attirer des entreprises et créer un climat qui permettra de garder une expertise à Sherbrooke. Lentement, les initiatives feront boule de neige et la main-d'oeuvre pourrait se faire plus nombreuse. « Nous avons des bureaux temporaires sur la rue Roy. Nous regarderons bientôt pour les relocaliser. Toutes les options sont possibles et la rue Wellington Sud en fait partie. »

À Sherbrooke Innopole, le directeur, Services aux entreprises - technologies de l'information, Marc-Henri Faure, n'est pas déçu par la création de 200 emplois à Longueuil plutôt qu'à Sherbrooke. « SherWeb a grossi autant qu'elle pouvait le faire à Sherbrooke. Nous avons fait tout ce que nous pouvions pour trouver la main-d'oeuvre qu'elle recherchait. Ce n'est pas une surprise qu'elle cherche à embaucher ailleurs. Parce qu'elle vit une croissance éclair, il était évident qu'elle frapperait le mur de la main-d'oeuvre. »

Sur le long terme, il faut donc travailler l'attractivité de la Ville de Sherbrooke, dit M. Faure. « Nous posons plusieurs actions, entre autres avec le ministère de l'Immigration, pour permettre aux étudiants étrangers diplômés de l'Université de Sherbrooke de demeurer ici. Les problèmes de recrutement dans le domaine des technologies de l'information sont partout sur la planète. Les classes sont à moitié vides. »

Un constat que partage la directrice générale Josée Fortin. « Nous avons beaucoup mis l'épaule à la roue, mais le bassin est trop petit. Nous ne formons pas assez de gens en TI. Le Collège Champlain nous dit qu'il peine à remplir les classes et qu'il doit même annuler des cours. Ça se répercute sur les employeurs ici. »

Marc-Henri Faure bosse donc à retenir davantage les étudiants, en multipliant les contacts entre les entreprises et eux. Il tente aussi d'attirer les jeunes familles en faisant valoir que ces emplois sont bien rémunérés, de qualité et qu'ils se situent dans un milieu où la qualité de vie est supérieure à Montréal. « Le bassin de main-d'oeuvre grossit trop lentement par rapport aux besoins qui explosent partout sur la planète. »

Le maire Bernard Sévigny affirme ne pas pouvoir être déçu de voir un fleuron sherbrookois prendre de l'expansion. « Ils ont vraiment un besoin à court terme. Si c'était un transfert d'entreprise, ce serait autre chose, mais c'est une entreprise en forte croissance qui est extrêmement en santé. Il y a effectivement un enjeu de rétention sur lequel nous travaillons. »

Comment faire pour arriver à créer ou attirer des emplois semblables à Sherbrooke? « Il faut faire de la place, être facilitant. C'est ça la stratégie de Well inc. et d'Espace inc. SherWeb a commencé comme ça. Quand on investit dans des incubateurs, c'est exactement ce qu'on fait. À court terme, ça nous confirme que nous sommes en train de faire la bonne chose. C'est sûr qu'on ne peut pas fournir du pied carré sur Wellington aujourd'hui, mais nous travaillons sur des outils. En attendant, SherWeb n'arrêtera pas sa croissance. »

M. Sévigny ajoute les enjeux de déplacement. « Être facilitant, quand on n'a pas de services commerciaux à l'aéroport de Sherbrooke, c'est être en culottes courtes. Parce que les entreprises comme SherWeb se promènent partout sur la planète. L'aéroport ne nous aurait pas permis de créer ces 200 emplois à Sherbrooke, mais ça fait partie des outils sur lesquels nous travaillons pour la rétention des finissants de l'Université de Sherbrooke. »




À lire aussi

  • SherWeb créera 200 emplois à Longueuil

    Techno

    SherWeb créera 200 emplois à Longueuil

    L'entreprise sherbrookoise SherWeb prend de l'expansion sur la Rive-Sud en ouvrant un bureau à Longueuil, ce qui mènera à la création de 200 emplois. »

  • SherWeb encore reconnu Employeur remarquable

    Affaires

    SherWeb encore reconnu Employeur remarquable

    C'est une nouvelle qui tombe pile pour une entreprise en recrutement intensif de main-d'oeuvre. Pour la troisième fois de suite, l'entreprise à... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer