Parent et étudiant, une réalité de plus en plus fréquente

À 37 ans, Karine Hamel a quatre enfants. Elle effectue... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

À 37 ans, Karine Hamel a quatre enfants. Elle effectue un retour aux études au Cégep de Sherbrooke. Elle est la présidente du comité parents étudiants.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) À 37 ans, Karine Hamel a quatre enfants. Elle effectue un retour aux études au Cégep de Sherbrooke. Bien qu'elle soit peu documentée, la réalité des parents étudiants semble être de plus en plus présente dans les établissements d'enseignement.

«C'est une intuition», précise Myriam Pelletier-Gilbert, conseillère à la coordination à l'Association étudiante du Cégep de Sherbrooke (AÉCS).

Il est difficile de tracer un portrait clair et net, puisque le décompte s'effectue avec les parents étudiants qui s'autodéclarent. Il n'existe pas encore de mécanisme officiel pour établir un tel décompte. Cependant, les nouvelles réalités du marché du travail semblent influencer le retour au travail de nombreux parents. «On a l'impression qu'avec les changements sur le marché du travail, les gens reviennent», souligne-t-elle.

On estime sommairement que le Cégep compte plus de 200 parents étudiants, et ce, sans compter ceux qui se retrouvent en formation continue.

Karine Hamel est présidente du comité parent étudiant, qui sert entre autres à faire connaître les services qui leur sont offerts. Le comité souhaite aussi sensibiliser le personnel et les professeurs à leur réalité. «On peut manquer parce que les enfants sont malades», note Karine en ajoutant que certains enseignants montrent peu de flexibilité face à cette réalité.

Bon nombre de parents étudiants se retrouvent dans une situation fragile. La majorité des étudiants qui recourent au service de dépannage alimentaire de l'association sont en grande majorité des parents, et c'est aussi le cas pour le service du cégep. Le profil type? Des mères monoparentales, fin vingtaine, et qui sont sans emploi.

Plusieurs d'entre elles étudient dans des «techniques humaines», fait remarquer Myriam Pelletier-Gilbert. Or, beaucoup de stages offerts dans ces techniques ne sont pas rémunérés.

C'est la voie qu'a choisi de prendre Karine. Après avoir travaillé comme secrétaire dans le milieu communautaire, elle a eu envie de travailler pour aider les gens.

Si aucune modification ne survient d'ici là, elle devra aussi réaliser un stage sans être rémunérée lors de la troisième année de sa technique.

Une mobilisation est d'ailleurs en cours au Québec, un peu partout : les étudiants revendiquent d'être payés pour les stages qu'ils effectuent. Plusieurs domaines d'étude proposent des stages qui ne sont pas rémunérés.

Karine a un travail, mais elle a diminué le nombre d'heures depuis le début de sa technique en éducation spécialisée, question de parvenir aussi à concilier les études et la famille. «Ce qui m'a aidée, c'est que les enfants sont plus vieux. Mon aîné est autiste. Mon deuxième est mature, il garde beaucoup. Les deux plus jeunes sont autonomes... On est un microcosme, on s'aide beaucoup. C'est important de leur montrer qu'on finit par arriver à ce qu'on veut si on travaille très fort.»

La réalité des parents étudiants comporte une multitude de facettes, que ce soit l'aide financière aux études, la conciliation études-famille... Et puis, il y a toute la question de l'adaptation. «Je suis tellement là pour finir le plus vite possible! Je vois une différence de motivation et je comprends...» lance Karine, qui a fréquenté le Cégep à la fin des années 90.

La réalité des parents étudiants fera l'objet d'un colloque, le 2 juin, à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). L'événement est organisé par le comité de soutien aux parents étudiants. Myriam Pelletier-Gilbert présentera le portrait du Cégep de Sherbrooke.

Une campagne de sensibilisation sur cette réalité sera aussi lancée à compter de la rentrée scolaire au sein de l'établissement sherbrookois.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer