• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Inondations: une lente phase de décroissance s'amorce, dit Couillard 

Inondations: une lente phase de décroissance s'amorce, dit Couillard

Le premier ministre Philippe Couillard a confirmé, mardi, que des régions... (Photo PC)

Agrandir

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque

(Montréal) Le premier ministre Philippe Couillard a confirmé, mardi, que des régions touchées par les inondations au Québec, dans l'ouest et le centre, amorçaient maintenant une lente phase de décroissance du niveau des eaux.

Il faudra cependant attendre plusieurs jours, dans certains cas quelques semaines, jusqu'à la fin du mois de mai ou au début du mois de juin pour espérer un retour à la normale, a prévenu à ses côtés le ministre de la Sécurité publique et des Affaires municipales, Martin Coiteux, au cours d'une conférence de presse à Montréal.

«On a des inondations majeures dans plusieurs secteurs. Graduellement, on va s'en aller vers des inondations moyennes, puis des inondations mineures. Pour que les citoyens qui sont affectés puissent comprendre ce que ça signifie: on a de l'eau dans le sous-sol, dans certains cas, malheureusement, ça atteint même le premier plancher; petit à petit, ça va diminuer. Éventuellement, les inondations vont être sur le terrain et plus autour de la maison», a illustré le ministre Coiteux.

«Il y a de l'espoir devant nous. On s'en va vers une amélioration. Il faut être réaliste. Il faut penser qu'on s'en va vers un recul des eaux qui va être complété seulement vers la fin du mois», a-t-il prévenu.

Mardi matin, 1940 personnes avaient été évacuées, 2733 résidences avaient été inondées et 171 municipalités avaient été touchées.

Coûts

La question du partage des coûts de l'envoi au Québec des militaires a finalement été réglée entre les deux ordres de gouvernement.

Le premier ministre Couillard avait affirmé tôt mardi matin qu'«on ne s'attend pas à recevoir ni traiter de facture», puisque les Québécois, comme tous les Canadiens, paient déjà pour les Forces armées canadiennes à même leurs impôts.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a rapidement confirmé que le gouvernement fédéral défraiera les coûts du déploiement des Forces armées canadiennes dans les zones sinistrées.

Barrages

Le ministre du Développement durable et de l'Environnement, David Heurtel, a répété l'importance stratégique de la gestion de l'eau par les barrages et réservoirs, qui ont permis à ce jour d'atténuer les dégâts.

Ce sont ainsi 10 000 mètres cubes d'eau à la seconde qui ont été retenus par les installations, a-t-il souligné, aux côtés du premier ministre Couillard et du ministre Coiteux.

«Ce sont plusieurs dizaines de centimètres de niveau d'eau auquel nous n'avons pas à faire face. Bien que la situation soit évidemment très grave, imaginons, sans ce travail-là, qu'on pourrait avoir des conséquences beaucoup plus importantes», a fait remarquer le ministre Heurtel.

Sur la question de l'eau potable, le ministre Heurtel a tenu à se faire rassurant, affirmant que les usines étaient équipées pour traiter les eaux provenant des crues. Si un problème se présentait, les municipalités concernées émettraient des avis d'ébullition d'eau, a-t-il rappelé. Et «aucun cas n'a été recensé pour le moment» en cette matière.

SQ

De son côté, Jimmy Potvin, directeur des mesures d'urgence de la Sûreté du Québec, a rappelé que le corps policier continuait de patrouiller pour assurer la sécurité des citoyens et des sites inondés.

«On ne répertorie pas d'événements criminels outre mesure dans les sites inondés actuellement», a affirmé M. Potvin.

La SQ n'a pas eu «d'aucune façon» à utiliser son pouvoir de forcer les évacuations de citoyens jusqu'ici. «Les gens entendent très bien à raison lorsqu'il s'agit de leur sécurité», a-t-il rapporté.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer