Une surface synthétique pour septembre au Triolet

Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke, Luc Fortin, député... (Spectre Média, André Vuillemin)

Agrandir

Bernard Sévigny, maire de Sherbrooke, Luc Fortin, député de Sherbrooke et ministre responsable de la région de l'Estrie, et Gilles Normand, président de la CSRS, ont lancé les travaux concernant la surface synthétique multisports de l'école secondaire du Triolet.

Spectre Média, André Vuillemin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Longtemps attendue, la surface synthétique multisports de l'école secondaire du Triolet sera prête pour la prochaine rentrée scolaire, en septembre. C'est ce qu'ont annoncé les principaux intervenants, qui ont procédé à la première pelletée de terre de ce projet évalué à 3,2 M$.

Les étudiants-athlètes des quatre écoles secondaires de la CSRS pourront utiliser le terrain de soccer et de football ainsi que la piste d'athlétisme pavée de 400 m. Des gradins pouvant accueillir jusqu'à 800 personnes seront également installés.

« Grâce à ce projet, on offrira des périodes d'entraînement allongées à nos élèves, note le président de la CSRS, Gilles Normand. À cause des conditions climatiques, les terrains à surface naturelle sont parfois en mauvais état, ce qui limite leur utilisation. Maintenant, grâce à la nouvelle surface synthétique, on donne des conditions gagnantes pour que nos athlètes se développent mieux. Dès l'arrivée du printemps jusqu'à la fin de l'automne, les membres de l'équipe d'athlétisme, de soccer, de rugby ou de football pourront sauter sur le terrain extérieur. »

Les discussions concernant cette surface synthétique ont été amorcées en 2003. Le gouvernement du Québec a offert une aide financière pouvant atteindre plus de 1,07 million $.

« On a un printemps très pluvieux et dans ces circonstances, il est plus difficile d'utiliser les terrains à surface naturelle. On a vécu cette problématique dans le passé et grâce à ce terrain synthétique, nos jeunes pourront être à l'extérieur plus souvent», a confirmé le député de Sherbrooke et ministre responsable de la région de l'Estrie, Luc Fortin.

Pour les étudiants-athlètes du Triolet, cet ajout sera bénéfique pour plusieurs raisons.

« On allait presque toujours à l'Université de Sherbrooke au lieu de courir sur la piste en gravier du Triolet, a affirmé Alex Larochelle, membre de l'équipe d'athlétisme des Harfangs du Triolet. Bientôt, on n'aura plus besoin de nous déplacer pour les entraînements. Notre piste sera juste à côté de l'école et elle sera de qualité. »

Si l'ensemble de la communauté étudiante de la CSRS pourra bénéficier des installations même si ce terrain synthétique se trouve au Triolet, il est à noter que tous les citoyens pourront y mettre les pieds.

Pour toute la population

« Ce terrain viendra bien sûr bonifier l'offre concernant le programme sports-études du Triolet, mais il sera accessible aux autres étudiants et même à l'ensemble de la population, puisque la Ville pourra acheter une banque d'heures d'utilisation, ce qui contribuera à l'adoption de saines habitudes de vie pour tout le monde », a ajouté Luc Fortin.

« Sherbrooke est considérée comme étant le troisième pôle sportif au Québec et ce n'est pas un hasard, informe le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny. Une culture de sports et d'activités physiques s'est développée et on doit cela à tous nos partenaires. Je ne peux m'empêcher de penser entre autres aux Jeux de Sherbrooke, organisés la semaine dernière en partenariat avec la CSRS (...). Ces Jeux sont un legs des Jeux du Canada, dont la réussite vient de l'implication des principaux partenaires comme le gouvernement du Québec. La réalisation de ce terrain est une excellente nouvelle pour les usagers scolaires et pour l'ensemble des jeunes qui pourront bénéficier de cette infrastructure dans la partie Ouest de la ville.»

Les trois autres écoles secondaires patientent

Maintenant que l'école secondaire du Triolet a vu son voeu être exaucé, les écoles du Phare, de la Montée et Mitchell-Montcalm souhaitent à leur tour être dotées d'une nouvelle surface synthétique dans les prochaines années.

« Une enveloppe de 50 millions $ pour les structures sportives a été rendue disponible, informe le ministre responsable de la région de l'Estrie, Luc Fortin. Il y aura un appel de projets éventuellement. J'accompagnerai la CSRS dans ses projets et je ferai le suivi, parce que nous souhaitons au moins une autre surface synthétique à Sherbrooke. »

« Nous possédons de bons gymnases, mais on veut que nos quatre écoles secondaires soient dotées d'installations extérieures de qualité. En ce qui concerne nos terrains extérieurs, c'est difficile depuis quelques années et on est conscients de ça. Pour cette raison, on continuera nos démarches. Il est difficile de préciser l'échéancier pour les autres terrains, mais j'espère que les discussions ne dureront pas 14 ans comme ce fut le cas avec celui du Triolet. Toutefois, il est impossible pour l'instant de dire quelle école sera choisie pour la deuxième surface », résume Gilles Normand.

Selon quelques intervenants rencontrés, tout indique que l'école du Phare serait la prochaine à pouvoir bénéficier d'un terrain synthétique, surtout grâce aux nouveaux développements résidentiels entourant l'institution. Et ce, même si le quartier Est ne peut compter que sur la présence d'un terrain synthétique au Cégep de Sherbrooke.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer