Le développement économique passe par le leadership municipal

Le développement économique constitue toujours la priorité du... (Archives, Le Soleil)

Agrandir

Le développement économique constitue toujours la priorité du maire de Sherbrooke et président de l'Union des municipalités du Québec, Bernard Sévigny.

Archives, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le développement économique constitue toujours la priorité du maire de Sherbrooke et président de l'Union des municipalités du Québec, Bernard Sévigny. Il n'allait pas manquer le forum sur le développement économique des assises de l'UMQ vendredi à Montréal. La recette du succès : la cohésion entre tous les acteurs du milieu et le leadership municipal.

« La salle était pleine et ce qui ressortait du forum, c'était que si on veut développer les régions, les acteurs qui doivent amener une cohésion sont les élus locaux. Nous avons un rôle de mobilisateurs, de rassembleurs, d'acteurs. C'est ressorti assez fort. Raymond Bachand (NDLR : président de l'Institut du Québec) a présenté trois exemples de municipalités américaines qui se sont développées et qui sont un modèle. Elles ont à peu près toujours les mêmes recettes. Il faut une bonne cohésion entre les élus, la chambre de commerce et les autres intervenants du milieu », explique Bernard Sévigny.

Les élus peuvent également provoquer une certaine mobilisation. Parmi les exemples cités se trouve Boulder, au Colorado, un nom qui revient souvent parmi les communautés exemplaires à Sherbrooke. « Boulder est une ville universitaire très dynamique. »

Bernard Sévigny admet avoir lu sur les succès de Boulder en travaillant le projet Well inc. « C'est un exemple de ville entrepreneuriale. Ils ont vraiment créé un écosystème et tous les exemples convergent vers une cohésion des acteurs. »

Pour cette cohésion, on vise les intervenants du milieu, mais pas forcément une unanimité entre eux. « Il faut attacher les acteurs de la communauté, comme les cégeps, les universités, les gestionnaires d'incubateurs, les investisseurs privés, le réseau de la santé... Dans toutes les institutions, il y a des gens qui sont d'accord et d'autres qui ne sont pas d'accord... »

Parmi les autres interlocuteurs du forum se trouvaient Monique Leroux, Pierre-Marc Johnson et Éric Forest. Raymond Bachand discourait pour sa part sur les conclusions d'un rapport étoffé en collaboration avec l'UMQ. Outre la proactivité, le rapport recommande la mise sur pied de bureaux responsables du développement économique, d'orienter les plans de développement vers les secteurs de l'innovation et de la culture et d'utiliser les atouts économiques déjà présents sur le territoire de la municipalité. M. Bachand souligne par ailleurs que les municipalités nord-américaines disposent pour la plupart d'une plus grande latitude pour mettre en oeuvre les outils de développement décrits dans le rapport.

À la suite du forum, un groupe de travail sera rapidement formé pour déterminer les étapes à suivre pour la suite des choses. « L'objectif est de préparer le chantier sur le développement économique local et régional auquel s'est engagé le premier ministre Philippe Couillard. Il se tiendra probablement au printemps 2018 et nous voulons arriver avec des propositions claires », explique Bernard Sévigny.

De façon plus concrète, M. Sévigny n'était pas en mesure de cibler immédiatement des pratiques qui pourraient être implantées à Sherbrooke. « Il faudrait regarder le rapport de façon plus précise pour voir comment ça résonne à Sherbrooke. Mais le message était clair. Il y a comme un vide depuis l'abolition des conseils régionaux des élus, mais il faut continuer à travailler ensemble, entre municipalités. »




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer