SSJBS : la SNE tente de déposer 13 demandes d'adhésion

Le directeur de la Société nationale de l'Estrie,... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le directeur de la Société nationale de l'Estrie, Richard Vachon, s'est heurté à des portes closes jeudi au siège social de la la SSJBS en voulant déposer de nouvelles demande d.adhésion.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Une nouvelle tentative de la Société nationale de l'Estrie d'adhérer à la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke a pris fin en queue de poisson, jeudi, lorsque le directeur de la SNE, Richard Vachon, s'est présenté aux bureaux de la SSJBS sans pouvoir y déposer les nouvelles demandes d'adhésion qu'il avait en sa possession.

M. Vachon s'est rendu au siège social du boulevard Queen-Victoria sur le coup de 15 h 30, jeudi, mais il a dû rebrousser chemin après s'être heurté à des portes closes.

Pourtant, l'affiche apposée sur la porte indiquait que les portes de l'organisme ferment à 16 h tous les jeudis. Aucune autre affiche n'informait les visiteurs du changement d'heures.

« C'est vraiment désolant, a déclaré M. Vachon qui avait entre les mains 13 nouvelles demandes d'adhésion à la SSJBS. Moi qui avais pris la peine de vérifier les heures (d'ouverture). On essaie de discuter avec ces gens-là, mais ce n'est vraiment pas facile. »

Les relations entre la Société nationale de l'Estrie et la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke sont tendues depuis que la SNE a tenté de profiter de l'assemblée générale de la SSJBS, le mois dernier, pour déposer 505 demandes d'adhésion. La direction de la SSJBS a refusé l'accès à l'assemblée générale aux représentants de la SNE et a indiqué qu'elle allait « étudier » les demandes d'adhésion.

«Tout ce qu'on veut, c'est de raviver un peu l'organisme.»


M. Vachon a rappelé que le but de la SNE est de « raviver » l'organisme qui, selon lui, ne remplit pas sa mission de promouvoir la culture québécoise, comme le font les autres SSJB du Québec.

« Tout ce qu'on veut, c'est de raviver un peu l'organisme, pour l'amener à bien faire son travail, c'est-à-dire la promotion de la culture. C'est essentiellement ça », a-t-il répété. 

Pour ce qui est des 13 demandes d'adhésion qu'il a en sa possession, M. Vachon a promis de revenir à la charge.

« On va revenir lundi, c'est certain, a-t-il dit. Mais là, on va téléphoner avant. Aujourd'hui (jeudi), je n'avais pas appelé, justement pour éviter ça (la fermeture des portes), mais bon... On va continuer nos activités et à recruter d'autres membres. On a encore plusieurs personnes qui souhaitent devenir membres et relancer la SSJB. On va continuer de les accompagner. »

Toutes les tentatives de La Tribune d'obtenir les commentaires de la présidente de la SSJBS, Micheline Dupuis, sont demeurées sans réponse depuis le début de la semaine.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer