Le Centre mère-enfant «axé sur l'humain»

Voici à quoi ressemble le concept initial du... (Image: CIUSSS de l'Estrie-Chus)

Agrandir

Voici à quoi ressemble le concept initial du futur Centre mère-enfant et de la nouvelle urgence de l'Hôpital Fleurimont, qui devraient accueillir leurs premiers usagers au printemps 2021.

Image: CIUSSS de l'Estrie-Chus

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Le concept initial du futur Centre mère-enfant et de l'urgence de l'Hôpital Fleurimont est maintenant connu. Le projet de 198 M$, dont la construction doit s'amorcer à l'automne 2018, accueillera ses premiers usagers au printemps 2021, dans ce qui sera convenu d'appeler le Pavillon Enfant-Soleil.

Conçu en forme de Y, le bâtiment de cinq étages sera adjacent à l'urgence actuelle de l'Hôpital Fleurimont et occupera la majeure partie du stationnement sud-est du centre hospitalier. Quelque 471 places de stationnements devront d'ailleurs être relocalisées durant les travaux.

Construit selon l'approche de conception intégrée, le Pavillon Enfant-Soleil offrira à ses usagers « un environnement guérissant, centré sur l'humain », dans lequel les soins seront dispensés de « façon efficace et humaine », peut-on lire sur la page web du Centre mère-enfant (www. santeestrie.qc.ca/mere-enfant-urgence)

« La conception intégrée du bâtiment fait en sorte que, peu importe dans quelle chambre on se trouve, les usagers vont profiter d'un maximum de lumière naturelle grâce à une abondance de fenêtres », indique Sylvie Vallières, porte-parole du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, en précisant que le « look final » du concept ne sera connu qu'à l'été 2018.

Le concept prévoit également l'aménagement de cours intérieures à vocation thérapeutiques à l'abri des vents dominants.

Réclamé par la région depuis plusieurs années, le Centre mère-enfant vise à répondre aux besoins de la population estrienne en matière de soins pédiatriques tels que les grossesses à risque, les naissances prématurées ainsi que pour les consultations en pédiatrie et en pédopsychiatrie.

Une attention particulière sera accordée aux enfants ayant besoin de consultation en médecine de jour afin qu'ils puissent retourner à la maison le soir même.

Le nombre de places en médecine de jour passera de 4 à 12, tandis que le nombre de lits d'hospitalisation passera de 30 à 41.

Avec près de 3000 accouchements chaque année, le Centre mère-enfant sera aménagé de façon à favoriser la cohabitation des parents avec leur nouveau-né. Le nombre de places (travail, accouchement, récupération et post-partum) passera de 20 à 32, alors que les espaces réservés aux grossesses à risque élevé passeront de 10 à 16. Deux salles de chirurgies obstétricales (au lieu d'une seule actuellement) et une salle de réveil s'ajouteront dans les nouvelles installations.

En néonatalogie, l'accès aux soins pour les bébés prématurés (nés avant 37 semaines) sera aussi amélioré, notamment grâce à l'ajout de six lits en soins intensifs et intermédiaires répartis dans 18 chambres individuelles et quatre chambres pour jumeaux.

Urgence 

Outre la concrétisation du Centre mère-enfant, le projet aura aussi pour conséquence de doubler l'espace consacré à l'urgence. Parmi les améliorations, on note que le nombre de salles de prétriage, triage et accueil passera de deux à quatre, le nombre de civières de 22 à 36 et une salle de chirurgie mineure s'ajoutera à celle déjà en place. Le nombre d'ambulances ayant accès à l'urgence passera de deux à quatre. Près de 50 000 personnes se présentent à l'urgence du CHU-Fleurimont chaque année, dont 10 000 en ambulance. 

Échéancier

Les plans concepts du nouveau bâtiment devraient être dévoilés au cours de l'automne 2017, selon le calendrier des échéanciers qui accompagne le concept initial. Le dossier d'affaires sera déposé au conseil des ministres pour approbation en décembre, suivi du processus d'appel d'offres qui devrait s'étendre de janvier à septembre 2018. 

Rappelons que la gestion du projet a été confiée à la Société québécoise des infrastructures (SQI). Quant aux firmes professionnelles retenues jusqu'ici, il s'agit des architectes St-Gelais Montminy et associés (STGM) de Québec, du consortium CIMA + et Bouthillette Parizeau (BPA) qui s'est vu confier le volet mécanique et électrique, tandis que le volet structure et le génie civil a été accordé à CIMA +. 

Le montage financier de 198 M$ prévoit une contribution de 179,6 M$ du ministère de la Santé et des services sociaux, un engagement de 10 M$ de la Fondation Opération Enfant-Soleil, de 6,3 M$ du CIUSSS de l'Estrie-CHUS et de 2 M$ de la Fondation du CHUS.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer