«Mort trop jeune, mais mort poète, au moins»

Judith Bonnard a décidé de réaliser un rêve... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Judith Bonnard a décidé de réaliser un rêve de son neveu Joss, décédé à l'âge de 20 ans, en travaillant sur un recueil de sa poésie, La mort me saoule, publié chez Universlam Éditions.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « C'est ce petit tic-tac. Qui fait qu'on est contracté. Il détermine nos actes. Rend la vie compactée. »

Joss... (Photo fournie) - image 1.0

Agrandir

Joss

Photo fournie

Ce sont les premiers mots du recueil de poésie de Joss, nom de plume d'un Sherbrookois décédé en 2010 à l'âge de 20 ans. Un jeune qui a compris, bien malgré lui, le tic-tac de la vie qui passe trop vite. Et qui coupe l'élan aux rêves dont la réalisation est amorcée.

Avant de mourir si jeune, Joss a eu son lot de deuils. D'abord, il a perdu son grand-père qui jouait un rôle masculin important dans sa vie. Puis, à l'âge de 16 ans, il a perdu sa mère, emportée par le cancer en seulement huit mois.

« Joss était déjà un ado torturé. C'était pas facile à l'école. Il ne s'entendait pas avec son père. La mort de sa mère a été brutale et l'a dérouté encore davantage. Il était assez secret et renfermé et tout ce qu'il vivait, il l'a canalisé dans l'écriture », explique la tante de Joss, Judith Bonnard qui a entrepris, après le décès de son neveu, de recopier sur ordinateur ses textes écrits au plomb dans une multitude de cahiers noircis au cours de son adolescence.

« Au départ, je le faisais pour la famille et ses amis qui souhaitaient se souvenir de Joss en retrouvant ces mots. Et c'est une fois la démarche entamée que je me suis rendu compte que le contenu pouvait être porteur pour d'autres jeunes. C'est une écriture d'adolescent qui traite de thèmes qui peuvent avoir un sens pour les jeunes qui ont tous leurs défis », note Mme Bonnard qui a alors fait appel à l'auteur David Goudreault pour la sélection des textes et l'écriture de la préface.

Joss et David Goudreault s'étaient rencontrés au Tremplin, là où le premier avait découvert l'univers du slam.

« C'est grâce au Tremplin que les mots de Joss ont fait un pas vers l'oralité. Quand il est tombé malade, il se reprenait en main, se découvrait une ambition pour la scène, une envie de se faire entendre. Le meilleur était à venir et il avait déjà les deux pieds dedans. L'injustice de mourir avant de réaliser ses rêves est grande et cette injustice se porte même après son départ », souligne la tante, qui par la publication du recueil de poésie, La mort me saoule, réalise un de ces rêves.

Quatre mois...

En janvier 2010, Joss ne va pas bien du tout. Douleur, fatigue, sentiment de pression interne généralisée qui ne s'explique pas et qui lui prend toute son énergie.

« Comme ça faisait quelques années qu'il avait des coups durs, il s'imaginait que c'était un état moral et ça lui a pris du temps avant de faire des tests physiques. Finalement, il est allé à l'hôpital et il n'est jamais ressorti. Il avait un cancer, un lymphome. Quatre mois plus tard, il est décédé », raconte celle qui a vu son neveu gérer la mort autour de lui et ensuite la gérer dans sa propre vie.

Les premières semaines d'hospitalisation, Joss a passé beaucoup de temps à écrire.

« Comment apprend-on à un jeune qui commence à structurer ses rêves qu'il va mourir? L'écriture a pris encore beaucoup de place dans le processus de lâcher-prise. Pour ne pas perdre trop de temps à se révolter contre la vie. Essayer de ne pas terminer sa vie dans la colère. Moi, je trouve qu'il a bien réussi. Et c'est certain que dans ces textes on sent la rage de vivre et la rage de la vie », témoigne Mme Bonnard.

Le lancement du recueil de poésie La mort me saoule de Joss se déroulera vendredi, à 17 h, au Tremplin en présence de David Goudreault qui écrit sur la quatrième de couverture « Joss aura toujours 20 ans. Mort trop jeune, évidemment. Mort poète, au moins ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer