La 3e campagne « Ne lâche pas » est en cours

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) À quelques semaines seulement de la fin des classes, l'ensemble de la communauté est appelée à « donner une tape dans le dos » des élèves pour les encourager à finir l'année scolaire en beauté.

Pour une troisième année consécutive, le projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie (PRÉE), de concert avec la Table estrienne de concertation interordres en éducation (TECIÉ), a lancé cette semaine la campagne « Ne lâche pas » pour inciter les élèves du secondaire et les étudiants du cégep et à la formation professionnelle à livrer un ultime effort pour réussir le maximum de cours.

« Ce qui a été noté, c'est le fait que les dernières semaines d'école, c'est un sprint et les encouragements peuvent faire la différence. Lorsque les jeunes ont l'impression de vivre des défaites, c'est la démotivation qui peut prendre place et s'ils sont de moins en moins motivés et qu'ils ne donnent pas leur 110 %, ils pourraient éventuellement être tentés de décrocher », explique la coordonnatrice au projet PRÉE, Josiane Bergeron.

Jusqu'au 28 avril, des affiches, des publicités et des messages sur les médias sociaux circuleront à l'attention des intervenants, des élèves et des parents pour leur donner un nouveau souffle.

« La campagne, le but, c'est de dire que chaque cours réussi rapproche de son diplôme, donc qu'il faut continuer de mettre son énergie pour aller chercher chacune des unités qu'ils peuvent dans le plus de matières possibles pour se rendre jusqu'au bout. On en profite pour lancer le message aux parents d'être là, d'être à l'écoute de leur jeune et de voir comment ça se passe lors des dernières semaines et lors de la période des examens. »

Selon des données fournies par le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, près d'un élève sur cinq (18 %) obtiendra son diplôme d'études secondaires entre 19 ans et 30 ans, après un retour aux études. Considérant que l'obtention d'un diplôme d'études secondaires rapporte un demi-million de dollars au diplômé, de l'estimation du professeur à l'Université du Québec à Montréal Pierre Fortin, il importe de tout mettre en oeuvre pour que les élèves l'obtiennent le plus rapidement possible, relate Mme Bergeron.

« Il faut leur faire comprendre que ça va leur rapporter gros; des choix, des possibilités plus tard, une crédibilité auprès des employeurs, des compétences recherchées et autres en plus de la fierté d'avoir réussi. Comme la majorité des décrocheurs retournent à l'école plus tard, aussi bien le compléter [son secondaire] tout de suite. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer