Pas encore d'entente pour la salle intermédiaire

La salle de diffusion intermédiaire destinée à un... (Archives La Tribune, Jessica Garneau)

Agrandir

La salle de diffusion intermédiaire destinée à un public jeunesse devrait être érigée à côté du Centre de production des arts de la scène Jean-Besré.

Archives La Tribune, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) La Ville n'a pas encore signé d'entente avec le ministère de la Culture et des Communications (MCC) pour le financement de 4 M$ réservé pour la salle de diffusion intermédiaire destinée à un public jeunesse. Dans les documents présentés publiquement en février, la date du 31 mars était avancée pour la signature de cette entente.

Au conseil municipal du 20 février, la Ville de Sherbrooke avait adopté un nouveau montage financier qui comportait une aide de 2,7 M$ du Fonds du Canada pour les espaces culturels de Patrimoine Canada. Ce montant permettait à la Ville de dégager 140 000 $ pour contribuer au fonctionnement de la salle annuellement. Et l'engagement de la Ville pour le fonctionnement est impérative pour que le MCC libère la somme réservée.

Dans les documents déposés au conseil, la date du 31 mars était avancée pour la signature d'une entente de financement avec le MCC. L'avis public du concours d'architecture pour le bâtiment doit être publié le 1er mai. Or, si la demande de financement pour le Fonds du Canada pour les espaces culturels a été acheminée, aucune réponse n'a encore été obtenue. Au service des communications de la Ville, on confie que la demande a été envoyée en décembre.

Conséquemment, les fonds du gouvernement du Québec demeurent aussi gelés. Au ministère de la Culture et des Communications, on confirme que la Ville n'a pas envoyé tous les documents pour s'engager formellement à assurer le fonctionnement de la salle.

Marie-France Delage, directrice générale adjointe aux relations avec la communauté à la Ville de Sherbrooke, rapporte que des dates précises n'auraient jamais dû être avancées pour la signature d'une entente et qu'il n'y a absolument pas lieu de s'inquiéter. « Dans les programmes de subvention du gouvernement, nous ne devrions jamais mettre de dates précises. Le dossier est en analyse de part et d'autre et je sais que les deux paliers de gouvernement se parlent. Les choses vont plutôt bien. On nous dit que les documents sont bien montés. »

Mme Delage rapporte qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. « Je ne vois pas de raisons de lever de drapeaux. Les dossiers sont complets et nous n'avons pas eu de demandes de précisions. Je m'inquiéterai si je n'ai pas de nouvelles au début de la période d'été. »

Parmi les signes encourageants, Marie-France Delage souligne les contributions au dernier budget fédéral. « Le gouvernement a reconduit les sommes dans le programme des infrastructures culturelles. Si ça n'avait pas été le cas, nous pourrions avoir des doutes, mais pour le moment, je ne vois pas de difficultés. »

Dans le montage financier présenté en février, la participation de la Ville passait de 3,2 M$ à 800 000 $, mais elle contribuait en contrepartie au fonctionnement de la salle intermédiaire pour 140 000 $ par année. La participation de Côté Scène serait de 500 000 $.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer