Les Sherbrookois invités à être solidaires des Colombiens

La ville de Mocoa a été dévastée par... (Associated Press)

Agrandir

La ville de Mocoa a été dévastée par un torrent de boue et de pierres dans la nuit du 1er avril.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Jacynthe Nadeau</p>
Jacynthe Nadeau
La Tribune

(Sherbrooke) Touchée par la catastrophe naturelle qui a dévasté la ville de Mocoa, dans le sud-ouest de la Colombie, l'Association Colombiestrie lance une campagne de financement pour venir en aide aux sinistrés.

Dans la nuit de samedi dernier, le débordement de trois rivières qui ceinturent la ville a occasionné une coulée de boue meurtrière qui a déferlé sur la communauté de quelque 70 000 habitants.

Le bilan divulgué vendredi par les autorités faisait état d'au moins 311 morts et 332 blessés. Plus de 300 personnes manquent toujours à l'appel et 1500 familles sont sans logis.

Les quartiers les plus affectés par la tragédie sont peuplés de déshérités chassés de chez eux par la guerre civile qui s'est poursuivie pendant des décennies dans leur pays. « Aujourd'hui ils font face aujourd'hui à une nouvelle tragédie », se désole la présidente de Colombiestrie Adriana Herrera Duarte.

Parmi les 311 victimes, on compte au moins 102 enfants alors que des dizaines d'autres sont devenus orphelins.

« Dans quelques semaines, le drame de Mocoa va être oublié, mais qu'est-ce qui va arriver pour toutes ces familles? » s'inquiète Mme Herrera.

Toute la communauté colombienne présente à Sherbrooke s'est sentie interpellée par le drame humain qui frappe sa région d'origine. Plusieurs initiatives citoyennes s'organisent d'ailleurs pour amasser des dons, indique Mme Herrera.

Chez Colombiestrie, on a voulu canaliser ce mouvement de solidarité dans une grande campagne de financement et les dons seront acheminés à la fondation colombienne Star Cop Humanity, qui travaille déjà à Mocoa depuis plus de 10 ans auprès des personnes déplacées par la violence civile.

« On aimerait que tous les Sherbrookois s'impliquent pour soutenir mon coin de pays », lance Adriana Herrera.

Le conseil d'administration de Colombiestrie n'a pas voulu fixer d'objectif à cette campagne, dit-elle aussi : « N'importe quel montant qu'on ramasse va faire une différence en Colombie ».

Les dons peuvent être faits via l'organisme Centraide Estrie à Sherbrooke, en précisant que c'est pour la campagne « Colombiestrie-Mocoa ». Les donateurs pourront recevoir un reçu d'impôt.

Parmi les autres initiatives pour aider, on peut participer, samedi entre 11 h et 13 h, à un Zumbathon à l'école Montcalm, organisé par le groupe de danse Herencia Latina, ou acheter des mets typiques de la Colombie, dimanche entre 11 h et 17 h, au chalet Antonio-Pinard du parc du Mont-Bellevue.

La catastrophe de Mocoa est la plus grave depuis celle de Salgar, qui avait fait 92 morts en mai 2015, à une centaine de kilomètres de Medellín (nord-ouest).

La coulée de boue a affecté au total quelque 45 000 habitants, d'après la Croix-Rouge.

Selon les autorités judiciaires, une enquête a été ouverte pour déterminer quelles mesures « préventives ou correctives » auraient dû être prises pour éviter la catastrophe.

Le pillage est devenu un problème dans certains secteurs de la ville.

Des personnalités locales ont pressé le gouvernement de déployer davantage d'effectifs policiers et militaires pour sécuriser le secteur et prévenir les actes de pillage des maisons abandonnées.

Avec Agence France-Presse




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer