Drags St-Élie : Homans sera suivi de près par les voisins

Le voisinage du Complexe Saint-Élie Motorsports entend bien... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le voisinage du Complexe Saint-Élie Motorsports entend bien rester aux aguets à la reprise des activités sur le site qui a été autorisée sous plusieurs conditions par la Cour d'appel du Québec.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le voisinage du Complexe Saint-Élie Motorsports entend bien rester aux aguets à la reprise des activités sur le site qui a été autorisée sous plusieurs conditions par la Cour d'appel du Québec.

Simon Homans... (Archives, La Tribune) - image 1.0

Agrandir

Simon Homans

Archives, La Tribune

Le plus haut tribunal au Québec a permis cette semaine que Simon Homans puisse tenir des événements de drag et des courses de VTT et motocross en respectant des conditions imposées par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de Lutte aux changements climatiques.

« Tant mieux si tout fonctionne et que nous obtenons la quiétude que nous cherchons. Si Simon Homans respecte les conditions imposées, nous allons être les premiers heureux. Cependant, nous sommes sceptiques. Pourquoi Simon Homans a attendu sept années de procédures judiciaires avant de faire des propositions pour tenter d'atténuer le bruit? Si les activités n'avaient jamais généré plus de 50 décibels pour les courses de drag et 45 décibels pour le motocross, il n'y aurait jamais eu de requête enregistrée en décembre 2010 et les procédures judiciaires qui s'en sont suivies » explique l'un des citoyens qui parle au nom du groupe de ceux concernés par cette décision de la Cour d'appel du Québec qui ont voulu réagir d'une voix commune sans que personne ne soit identifié.

L'une des principales conditions imposées par le tribunal est la mise en place d'un mur derrière la ligne de départ afin d'atténuer le bruit.

« Nous ne croyons pas que le fameux mur puisse faire une différence, alors que le bruit part dans toutes les directions et est entendu à des kilomètres à la ronde. Si certaines résidences voient peut-être une différence, ce seront d'autres qui seront touchées parce que le son va être dirigé ailleurs. »

Les citoyens doutent que le mur antibruit de 120 pieds de large par 24 pieds de haut puisse être mis en place en quelques semaines.

« Il est loin d'être acquis que le site ouvrira et opérera facilement. Ce n'est pas un feu vert à continuer dans le même sens. Les voisins qui ont participé aux procédures judiciaires ont conscience qu'il y a aussi une quantité appréciable de gens du secteur concernés qui sont incommodés par les activités du site et qui ont choisi, pour des motifs qui les concernent, d'être relativement silencieux publiquement sur le sujet », mentionne la réaction des citoyens du secteur du Complexe Saint-Élie Motorsports.

Le groupe de citoyens prévient qu'il n'hésitera pas à demander une injonction au tribunal si Simon Homans outrepasse les conditions imposées par le tribunal.

« Il s'expose aussi à des sanctions administratives sévères du ministère de l'Environnement », signale le porte-parole du groupe de citoyens qui s'est réuni, jeudi soir, pour réagir à la décision de la Cour d'appel du Québec.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer