Feu vert aux drags: Homans promet un mur antibruit

Saint-Élie Motorsports devra mettre en place des mesures... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Saint-Élie Motorsports devra mettre en place des mesures d'atténuation du bruit afin de poursuivre ses activités en 2017. Le propriétaire Simon Homans compte mettre en branle rapidement la construction d'un mur de 120 pieds de large par 24 pieds de haut derrière la ligne de départ.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « Mon intention a toujours été de faire des améliorations pour atténuer le bruit afin que le complexe puisse rester ouvert »

Simon Homans... (Archives La Tribune, Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Simon Homans

Archives La Tribune, Maxime Picard

Simon Homans, du Complexe Saint-Élie Motorsports, a accueilli avec soulagement la décision de la Cour d'appel du Québec qui lui accorde le droit de poursuivre ses opérations.

Le Complexe Saint-Élie Motorsports pourra reprendre ses activités dès la saison 2017 en respectant cependant une série de conditions pour la tenue des drags, des courses de VTT et de motocross.

Dans sa décision, le plus haut tribunal au Québec ordonne de respecter les conditions et les modalités énoncées dans le certificat d'autorisation émis par le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la lutte aux changements climatiques.

« Je ne dis pas que le respect des conditions énoncées dans un certificat qui les autorise empêchera toujours de soutenir que des activités occasionnent des inconvénients anormaux. Je dis simplement qu'ici ces conditions sont telles qu'il est permis de conclure que leur respect fera en sorte que le bruit sera suffisamment atténué pour que les inconvénients causés aux voisins n'excèdent par les inconvénients normaux qu'ils doivent accepter », explique la juge Marie-Josée Hogue qui motivait la décision prise en compagnie des juges Jean-François Émond et Manon Savard.

Saint-Élie Motorsports devra mettre en place des mesures d'atténuation du bruit.

La Cour d'appel impose aussi au complexe d'accélération de respecter les limites de bruit imposées dans le certificat d'autorisation.

« Les appelants devront ainsi prendre des mesures additionnelles pour réduire le bruit si l'érection du mur et le réaménagement des accès aux pistes ne permettent pas de respecter les limites de bruit établies », signale la juge Hogue.

Mur antibruit

Simon Homans compte mettre en branle rapidement la construction de ce mur antibruit de 120 pieds de large par 24 pieds de haut derrière la ligne de départ.

« C'est un peu comme si vous mettez votre main devant votre bouche quand vous parlez. Le bruit devrait être atténué de deux à trois fois. J'ai toujours voulu travailler à réduire le son. Si des procédures judiciaires nous empêchant d'avancer n'avaient pas été prises, ces aménagements auraient pu être faits bien avant », soutient Simon Homans.

Ces aménagements nécessiteront des investissements de plus de 75 000 $.

Les heures pour les courses d'accélération sont aussi limitées seulement les vendredis de 18 h 30 à 22 h. Deux activités spéciales seront possibles une fin de semaine en juillet et une autre au mois d'août.

Les activités de type motocross sur la piste prévu à cet effet seront possibles les mercredis de 17 h à 20 h de même que le samedi de 11 h à 16 h tandis que les VTT pourront y être un samedi sur deux de 11 h à 16 h.

« Lors des belles journées, ce sont plus de 1500 personnes qui se rendent aux courses. Il y a même plusieurs familles. Je me suis battu pour maintenir cette activité qui plait à beaucoup de personnes. Il y a aussi tout le côté de réunir les courses à un endroit où elles peuvent se dérouler de façon sécuritaire. Sans un endroit désigné pour tenir des drags, les jeunes se retrouveraient dans la rue pour faire leurs courses, alors que ce n'est vraiment pas l'endroit », soutient Simon Homans.

Les montants qui avaient été octroyés aux voisins qui poursuivaient le Complexe Saint-Élie Motorsports ont été révisés en raison d'une erreur de calcul.

« Toute cette affaire a été bien trop loin. J'ai dépensé des centaines de milliers de dollars de frais juridiques parce que j'y crois », signale Simon Homans.

Rappelons que cette longue saga judiciaire s'est déroulée pendant plus de sept ans.

Une longue saga judiciaire

1994

Première course sur le site sous l'appellation Drags Saint-Élie par Gestion Gérard Furse.

1998

Certains voisins commencent à se plaindre du bruit et font signer des pétitions à Saint-Élie-d'Orford.

2005

Un talus végétal de vingt pieds de haut est aménagé près de la route 220 pour diminuer le bruit.

2009

Simon Homans acquiert le site et obtient la permission d'y construire une piste de motocross. Drags Saint-Élie devient le Complexe Saint-Élie motorsports. Des courses d'accélération, de carrés de démolition, de motocross-VTT, de courses de bazous et des événements spéciaux s'y tiennent de la mi-avril à la mi-octobre.

Décembre 2010

Des citoyens intentent des procédures pour faire cesser les activités et être indemnisés pour les préjudices subis.

Mars 2012

Une injonction interlocutoire partielle est accueillie par la Cour supérieure et des conditions d'opérations sont imposées.

Juin à octobre 2014

L'affaire est entendue sur le fond lors de 22 jours d'audience au palais de justice de Sherbrooke.

1er avril 2015

Le juge François Tôth de la Cour supérieure ordonne la fin des activités au Complexe Saint-Élie Motorsports et le paiement des dommages aux voisins.

Juillet 2015

La Cour d'appel suspend la décision de la Cour supérieure en attendant l'audition et impose des conditions d'opération de 2012.

Septembre 2015

La Cour d'appel du Québec entend la cause.

Mars 2017

La Cour d'appel infirme la décision de la Cour supérieure et impose des conditions pour la poursuite des opérations au Complexe Saint-Élie Motorsports.

Source : Jugement de la Cour d'appel du Québec




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer