«SOS mont Hereford» veut sauver l'important legs testamentaire

Le plus important legs testamentaire de conservation en terre privée de... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Caroline St-Pierre
La Presse Canadienne
Montréal

Le plus important legs testamentaire de conservation en terre privée de l'histoire du Québec sera saccagé par une ligne de transmission d'Hydro-Québec vers le New Hampshire, soutient une nouvelle coalition qui demande au gouvernement d'obliger la société d'État à revoir son projet.

«SOS mont Hereford», un mouvement lancé mercredi à Montréal par Nature Québec, le Conseil régional de l'environnement de l'Estrie, Corridor appalachien et le Réseau de milieux naturels protégés, déplore que le tracé aérien retenu actuellement par Hydro-Québec pour son projet Northern Pass traverse le massif de cette montagne, située près des villages d'East Hereford et Saint-Herménégilde, en Estrie.

La coalition, aussi appuyée par le chanteur Richard Séguin, qui réside dans la région, ne s'oppose pas au projet d'exportation lui-même, mais demande le contournement et l'enfouissement de la ligne sur un peu plus de 15 kilomètres. Selon le directeur général de Nature Québec, Christian Simard, une telle mesure représenterait des coûts d'environ 60 millions $ sur un projet évalué à 2,7 milliards $, «ce qui ne devrait pas handicaper la rentabilité de ce projet».

«Le partenaire américain d'Hydro-Québec enfouit une ligne, la même ligne, sur 100 km au New Hampshire.»


Le Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE) a récemment publié un rapport indiquant qu'Hydro-Québec «devrait réévaluer de manière plus détaillée la possibilité d'enfouir la ligne dans la portion sud avant une éventuelle autorisation du projet par le gouvernement du Québec», ajoutant que «l'enfouissement de la ligne permettrait notamment d'éviter le territoire de la Forêt communautaire Hereford».

«SOS mont Hereford» estime notamment que la fragmentation de la montagne pourrait contribuer au déclin de sa biodiversité et la rendre plus vulnérable aux espèces envahissantes.

«Le partenaire américain d'Hydro-Québec enfouit une ligne, la même ligne, sur 100 km au New Hampshire. Donc nous demandons le même traitement pour le Québec et le respect d'une zone protégée», indique Christian Simard, en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

«On n'est pas nés pour de petits paysages. Pourquoi les Américains ont-ils un traitement correct et pas les Québécois?»

Le mont Hereford fait partie des montagnes Blanches des Appalaches. Il fait partie d'un domaine de plus de 5300 hectares légué à la communauté locale à des fins de conservation par l'homme d'affaires Neil Tillotson et son épouse Louise.

«Ce sont des paysages qui sont importants, qui sont à la base de l'économie récréotouristique de l'Estrie, maintient M. Simard. Ce sont des paysages méconnus peut-être pour les Montréalais, si on compare à Bromont ou au mont Orford, mais qui sont importants.»

«Et c'est une bataille pour nous qui est nationale, c'est-à-dire qui n'est pas seulement à l'échelle de l'Estrie, mais qui (touche au) respect des aires protégées en terres privées. Si on permet un passage, tout le système de donation écologique de milieu naturel partout au Québec risque de s'effondrer.»

Au moment de mettre en ligne ce texte, Hydro-Québec n'avait pas retourné l'appel de La Presse canadienne en milieu d'avant-midi.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer