Médecins à East Angus: le CIUSSS modère les attentes

Carol Fillion... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Carol Fillion

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(East Angus) À la suite du cri du coeur de la mairesse d'East Angus à propos de la pénurie de médecins de famille dans sa ville, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS a tenu à expliquer certains points afin de rassurer la population en ce qui concerne l'assistance médicale sur ce territoire.

De ce fait, Carol Fillion, directeur général adjoint des programmes sociaux et de réadaptation, s'est montré compréhensif à l'égard des inquiétudes de la mairesse et de ses concitoyens, mais il estime qu'aujourd'hui, avoir un médecin ayant pignon sur rue pour une municipalité n'était plus optimal pour subvenir aux besoins.

«Nous déployons notre offre médicale, avec la complicité des omnipraticiens de chaque région, en groupe de médecine familiale (GMF). Au sein du Haut-Saint-François, il y a un GMF, secondé par des infirmières, des travailleurs sociaux ou encore des pharmaciens, qui s'est vu confier la santé et le bien-être de l'ensemble de la population du territoire», explique M. Fillion.

De ce fait, le CIUSSS de l'Estrie - CHUS met à la disposition des citoyens de la région quatre points de services qui sont situés à East Angus, Cookshire-Eaton, Weedon et La Patrie. Avec cette façon de procéder, les médecins iront à ces endroits afin de garantir les besoins de premier contact avec les gens, que ce soit pour une prise en charge par un médecin de famille ou un service plus spécialisé.

«L'important pour nous est de répondre aux besoins de la population et que celle-ci se déplace le moins possible, chose que l'on détermine de concert avec elle. De plus, un médecin qui travaille seul dans son bureau, c'est une réalité que l'on verra de moins en moins. De nos jours, ceux-ci sont formés pour travailler en équipe. Désormais, c'est un orchestre qui est là pour répondre aux besoins», déclare-t-il.

Pas autant d'orphelins dans la région

De son côté, la chef du département de médecine générale Raymonde Bolduc a tenu à clarifier que ce n'était pas 20 000 personnes qui n'avaient plus de médecin, mais bien 20 000 consultations. De ce fait, lorsque la clinique médicale a fermé ses portes en juin dernier, c'est un peu moins de 2000 patients suivis qui sont devenus orphelins.

«Ces personnes ont été invitées à s'inscrire au guichet d'accès pour avoir un médecin de famille. D'ici décembre 2017, on devrait avoir réussi à vider le guichet», dit-elle.

Un groupe de travail et des rencontres seront établis avec la mairesse d'East Angus Lyne Boulanger afin que tous les intervenants comprennent bien les besoins de la population. La première rencontre est prévue le 8 mai.

 




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer