Moins d'inflammation grâce aux résolvines

La prise de comprimés de résolvines ne guérira... (Archives, La Presse)

Agrandir

La prise de comprimés de résolvines ne guérira sans doute pas les gens souffrant de polyarthrite rhumatoïde ou d'asthme, par exemple, mais ça pourrait contribuer à augmenter leur qualité de vie en réduisant leurs symptômes.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La science s'intéresse depuis plusieurs années aux bénéfices des oméga-3 sur l'être humain. Certains chercheurs explorent les effets de ces acides gras sur la mémoire, tandis que d'autres étudient leur capacité à réduire les douleurs et les démangeaisons causées par l'inflammation. Le professeur-chercheur Éric Rousseau, quant à lui, scrute le rôle anti-inflammatoire de leurs cousines les résolvines. Et pour cause : elles seraient 30 fois plus puissantes que les oméga-3.

Le professeur-chercheur Éric Rousseau s'intéresse aux résolvines, des... (Photo fournie par l'UdeS) - image 1.0

Agrandir

Le professeur-chercheur Éric Rousseau s'intéresse aux résolvines, des cousines des oméga-3.

Photo fournie par l'UdeS

Les personnes atteintes de maladies inflammatoires doivent souvent prendre des corticostéroïdes, qui doivent atteindre le noyau des cellules pour bien agir. Ces médicaments sont efficaces, mais ils engendrent souvent des effets secondaires désagréables. Or, des scientifiques pensent que plusieurs maladies inflammatoires chroniques comme l'asthme, les rhumatismes ou le psoriasis pourraient être traitées par les résolvines, des molécules dérivées des gras oméga-3. Des recherches sur le sujet sont d'ailleurs en cours, sous différentes formes, un peu partout dans le monde.

Parmi ces chercheurs qui s'intéressent à la question se trouve Éric Rousseau, biophysicien et professeur-chercheur à la faculté de médecine et des sciences de la santé de l'Université de Sherbrooke (UdeS) et au Centre de recherche du CHUS. Son attention se porte précisément sur les résolvines.

« Les résolvines sont des composés hautement bioactifs. Ils résultent de la transformation des monoacylglycérides d'oméga-3, des molécules sécuritaires et facilement absorbées par l'organisme. À leur tour, ces molécules deviennent des oméga-3 intracellulaires, puis des résolvines. Nos études démontrent qu'en agissant sur des récepteurs cellulaires très spécifiques, les résolvines peuvent éteindre l'inflammation, qu'elle soit aigüe ou chronique. »

Parce qu'elles sont produites dans les organes atteints par l'inflammation, les résolvines ont une action calmante 30 fois plus puissante que les gras oméga-3.

Son équipe a découvert que c'est en situation d'inflammation que les résolvines agissent avec le plus d'efficacité.

Vers la recherche clinique

Les personnes asthmatiques ou atteintes de maladie pulmonaires obstructives chroniques pourraient bénéficier grandement de l'action des résolvines. Ces molécules naturelles pourraient être prises pour des traitements considérablement plus efficaces.

« Si on arrive à réduire l'inflammation des bronchioles, on arrivera aussi à réduire les exacerbations qui, souvent, nécessitent une visite à l'hôpital », soutient Éric Rousseau.

La prise de comprimés de résolvines ne guérira sans doute pas les gens souffrant de polyarthrite rhumatoïde ou d'asthme, par exemple, mais ça pourrait contribuer à augmenter leur qualité de vie en réduisant leurs symptômes.

Le chercheur travaille également sur un projet auprès de femmes enceintes qui connaissent un travail prématuré. « Beaucoup d'accouchements pré-terme sont dû à une inflammation », fait savoir celui qui travaille au département d'obstétrique-gynécologie de la faculté de médecine.

Soulignons que les gras polyinsaturés oméga-3 participent à une multitude de processus vitaux : la fabrication et l'intégrité des membranes cellulaires, le bon fonctionnement des systèmes cardiovasculaire, cérébral, hormonal et inflammatoire, etc. Bien qu'ils soient nécessaires à l'organisme, le corps n'en produit que très peu. Les oméga-3 doivent donc être ajoutés à l'alimentation ou être ingérés en suppléments sous forme de capsules. Ils sont inoffensifs et sécuritaires pour la santé.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer