Pigot ne serait pas chef et mairesse à la fois

Les candidats déclarés du parti Sherbrooke Citoyen prenaient... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

Les candidats déclarés du parti Sherbrooke Citoyen prenaient part à l'assemblée générale de la formation politique samedi. Il s'agit de William Fortier, Évelyne Beaudin, Raymond Gaudreault, Hélène Pigot, Gabrielle Gagnon, Ewdin Moreno et Raïs Kibonge.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Tout juste désignée officiellement à la tête du parti Sherbrooke Citoyen et candidate à la mairie de Sherbrooke aux élections municipales du 5 novembre, Hélène Pigot a annoncé samedi qu'elle renoncerait à son statut de chef si elle est élue. Cette disposition a été adoptée à l'occasion de l'assemblée générale du parti.

« Pour moi, il est important d'être la mairesse des Sherbrookois, de la population, et d'être la mairesse du conseil municipal, d'enlever cette étiquette de Sherbrooke Citoyen. Je resterai membre de Sherbrooke Citoyen, mais il faut être clair que ce que je ne représenterai plus le parti, mais la population et le conseil municipal. Je serai en discussion forcément avec le parti, mais j'aurai un rôle différent à jouer », explique Mme Pigot, professeure titulaire à l'Université de Sherbrooke.

Elle ne croit pas que cette façon de faire la placerait dans une drôle de position. « La ligne de parti chez nous est une ligne démocratique, où les gens pourront discuter. On est un parti prêt à discuter, à se poser face à la critique et à y réfléchir ensemble. Oui, il peut y avoir des divergences au sein du parti. »

Hélène Pigot sent que le maire actuel, Bernard Sévigny, gère la Ville, mais elle ne sent pas une direction claire. « Je pense que Sherbrooke mérite mieux. »

Très occupée par ses fonctions professionnelles, la candidate à la mairie quittera son emploi si elle est élue. « Je serai mairesse à temps plein. C'est un poste qui demande beaucoup de responsabilités.

« J'endosse complètement le programme de Sherbrooke Citoyen [adopté samedi], un programme très ouvert pour les citoyens de Sherbrooke. On va beaucoup faciliter la participation citoyenne dans toutes les décisions qu'on souhaite mettre en avant. Nous voulons nous assurer que dans tous les districts, les conseillers municipaux seront à l'oeuvre pour solliciter, pour faciliter la participation citoyenne. À partir de là, nous avons des projets pour faire de Sherbrooke une ville économiquement forte, une ville vraiment proche de ses citoyens et citoyennes. Ce qui semble important, c'est de rapprocher l'administration des besoins de ses citoyens. »

Mme Pigot ne croit pas qu'elle devrait « faire ses classes » comme conseillère avant de reluquer la mairie. « Au lieu d'avoir des politiciens qui font carrière, je sens que je suis plus une citoyenne qu'une politicienne. »

Parité hommes-femmes

Alors qu'une grande campagne a été lancée pour inciter les femmes à faire le saut en politique, Hélène Pigot estime qu'il n'est pas plus difficile pour une femme de se faire élire. « J'espère qu'en 2017 ce n'est pas un défi supplémentaire, que les gens comprennent que les femmes sont aussi capables que les hommes d'aller en politique. Le plus gros défi est plutôt d'inviter les femmes à se présenter en politique, à prendre la parole en public, à oser porter des dossiers et à jouer cette joute politique. Je pense que le débat au Québec est terminé. Nous avons élu Pauline Marois, il y a une très bonne mairesse à Magog... Le débat n'est plus là. »

Membre du parti, Marie-Danielle Larocque a d'ailleurs proposé des amendements au programme de la formation politique pour viser une parité hommes-femmes dans les instances politiques de la Ville, tant au niveau décisionnel, structurel, rédactionnel que consultatif et participatif. « J'ai lu le programme et je ne me suis pas retrouvée comme féministe. »

Elle a aussi suggéré que l'analyse différenciée selon les sexes soit intégrée aux pratiques de gouvernance à la Ville.

Edwin Moreno a pour sa part proposé un amendement pour favoriser l'intégration des immigrants.

Le programme du parti a été adopté à l'issue de l'assemblée générale. Rappelons qu'il inclut la diffusion intégrale des séances du conseil municipal, des conseils d'arrondissement et des consultations publiques de la Ville sur internet, la réduction des tarifs du transport en commun, la mise en place de conseils de quartier et la création d'un secrétariat de consultation citoyenne. On propose aussi un budget participatif dans les arrondissements.

Le conseil exécutif de Sherbrooke Citoyen a été mandaté pour trouver un processus d'actualisation du programme de manière à pouvoir consulter les membres à nouveau dans le futur.

Qui sont les candidats de Sherbrooke Citoyen?

Si Edwin Moreno, Raymond Gaudreault et Évelyne Beaudin ont déjà évolué de près ou de loin dans la sphère politique à Sherbrooke, trois autres candidats du parti Sherbrooke Citoyen sont des nouveaux venus dans l'arène. Qui sont-ils et pourquoi souhaitent-ils occuper un siège au conseil municipal?

Dans le district 4.3 au centre-ville, Raïs Kibonge affrontera Chantal L'Espérance et Hubert Richard. L'homme de 31 ans, d'origine congolaise, a vécu en Alberta avant de s'établir à Sherbrooke il y a 10 ans. « J'ai toujours voulu m'impliquer dans tout ce qui touche les services publics et la communauté. »

M. Kibonge travaille dans le service à la clientèle et termine un baccalauréat en politique publique.

« L'un des enjeux principaux sera Well inc. et la façon dont on décidera de faire avancer le projet. J'aurai une approche plus inclusive, que ce soit avec les commerçants, la Chambre de commerce ou les différents organismes pour former un projet qui à la longue devrait rejoindre beaucoup de gens. Tout le monde est pour Well inc. Le point sur lequel on diverge, c'est la façon dont c'est fait. Il y a encore beaucoup d'opacité. On n'a pas encore vu de grands entrepreneurs qui voulaient s'impliquer dedans. C'est là que le bât blesse. Il n'y a pas eu suffisamment de consultation, mais pas suffisamment d'inclusion non plus. »

Deux jeunes adversaires

Dans le district 2.3, des Quatre-Saisons, William Fortier tentera non seulement de ravir le siège de Vincent Boutin, mais également le titre que détient l'actuel conseiller du plus jeune élu de l'histoire de la nouvelle ville. Étudiant à temps plein en philosophie au certificat en politique appliquée, le jeune homme de 21 ans écrit pour le journal Entrée libre et pour le Huffington Post. Il a déjà travaillé pour le département des transports à la Ville de Victoriaville, d'où il est originaire.

« J'ai l'impression que ma génération est en train d'entrer en politique. Je trouve que ça apporte de nouvelles valeurs. J'ai décidé de faire une assemblée consultative de quartier pour déterminer les enjeux prioritaires dans le district. Ce ne sera pas en contradiction avec les orientations du parti, mais je veux connaître les priorités de la population. J'ai mes préférences. Je trouve qu'il manque d'infrastructures de transport actif dans Fleurimont en général, et surtout dans mon district. Mais je veux d'abord que les gens se prononcent. »

Enfin, dans le district 3.1 d'Uplands, Gabrielle Gagnon est actuellement la seule candidate déclarée. À 35 ans, elle est conseillère en communication à l'Université de Sherbrooke. « C'est le district que j'habite depuis sept ans et c'est un tissu social que j'aime beaucoup. Ce qui m'intéresse, c'est de travailler près de gens. Ça m'intéresse d'aller à la rencontre des citoyens, de protéger le statut anglophone et de m'assurer qu'on réponde aux gens en anglais quand c'est ce qu'ils recherchent. Je suis une francophone, mais je suis à l'écoute des besoins des anglophones. »

Elle s'intéressera au sort de la rue Queen. « Il y a beaucoup de circulation. Je veux voir comment rendre la circulation plus fluide. Il y a aussi beaucoup de terrains vacants. Nous sommes près des producteurs locaux, mais malgré tout, j'ai de la misère à m'approvisionner en produits locaux à Lennoxville. »

Présent à l'assemblée du parti samedi, l'ancien candidat Antoni Daigle ne songe pas à se présenter... pour l'instant. L'ancien candidat à la mairie Denis Pellerin, qui agissait comme observateur, ne s'est pas prononcé sur une éventuelle candidature non plus.




À lire aussi

  • Hélène Pigot reluque la mairie

    Sherbrooke

    Hélène Pigot reluque la mairie

    Professeure titulaire à l'Université de Sherbrooke et ex-candidate de Québec Solidaire, Hélène Pigot briguera la mairie de Sherbrooke sous la... »

  • Sherbrooke Citoyen présente son programme

    Sherbrooke

    Sherbrooke Citoyen présente son programme

    La plateforme électorale du parti municipal Sherbrooke Citoyen prend forme. L'organisation politique présentera aujourd'hui sur sa page Facebook et... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer