Le propriétaire du Club de golf de Sherbrooke s'éteint à 71 ans

Marcel Savoie est décédé peu après minuit jeudi... (Archives La Tribune)

Agrandir

Marcel Savoie est décédé peu après minuit jeudi des suites d'une insuffisance cardiaque. Il était âgé de 71 ans.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le propriétaire du Club de golf de Sherbrooke, Marcel Savoie, s'est éteint jeudi dernier à l'âge de 71 ans.

Affecté notamment par le diabète, l'homme d'affaires a succombé des suites d'une insuffisance cardiaque peu après minuit jeudi, entouré de son épouse, Louise Champagne, de ses enfants, Mélisa et Alexandre, de ses frères et soeurs ainsi que de plusieurs autres proches pour qui son départ s'est avéré un « véritable choc ».

« Il n'était pas question qu'il parte sans nous, souligne tristement Mélisa Savoie. On nous a appelés à la dernière minute. Tout allait toujours bien avec mon père, on ne parlait jamais de santé avec lui et il était en réadaptation à Youville pour son épaule cassée après une chute. On est encore tous ébranlés et on essaie de gérer ça. »

« Il a fait deux chutes, dont la dernière le 2 décembre, qui seraient dues à des baisses de pression, explique-t-elle. J'ai appris seulement avant les Fêtes pour la dernière chute et, en trois mois, ça a déboulé pas mal. C'est le diabète et la pression qui se sont avérés problématiques. On a toujours eu l'espoir qu'il se ramène, mais malheureusement, ça n'a pas été le cas. »

Sa fille, qui le côtoyait tous les jours en raison de ses responsabilités au sein de l'entreprise familiale, se souviendra de Marcel Savoie comme d'« un père et un mentor extraordinaire ».

« Il était un homme dévoué, un mentor, un père, un homme d'affaires et un gestionnaire extraordinaire. Ses employés pourraient dire la même chose. Il avait un grand coeur. Il avait une patience que je n'accoterai jamais. Je l'admire pour ça. On se parlait tous les jours. Je perds mon phare », relate celle qui dirigera dorénavant l'entreprise familiale, qui compte également les Résidences de l'Or blanc, à Asbestos, et le Domaine Fleurimont, à Sherbrooke.

« Ça fait déjà plusieurs années qu'on prépare la transition et ça va se faire avec le soutien de ma mère et mon frère », note Mme Savoie, dont le père avait acheté le Club de golf de Sherbrooke en septembre 2007.

En poste comme professionnelle au Club de golf de Sherbrooke depuis septembre dernier, Josée Pérusse s'est dite attristée par la nouvelle, même si elle n'a pas eu la chance de côtoyer fréquemment son patron au cours des derniers mois. « Je vais lui faire honneur au volet golf en apportant mes connaissances et mon expérience pour que les visiteurs soient le plus heureux possible dans ce milieu », a-t-elle mentionné.

Les funérailles devraient avoir lieu vers la fin de la semaine, mais les informations demeurent à être confirmées.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer