Les professeurs de l'UdeS entérinent l'entente à 82 %

Réunis en assemblée générale, les professeurs du SPPUS... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Réunis en assemblée générale, les professeurs du SPPUS ont voté à 82 % en faveur de l'entente de principe intervenue jeudi soir dernier.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les professeures et professeurs de l'Université de Sherbrooke ont accepté à 82 % l'entente de principe qui leur a été présentée, mardi en fin de journée. La convention collective de trois ans prévoit un plan de développement du corps professoral, de même qu'une augmentation salariale de 6,25 % sur trois ans, en plus d'un montant forfaitaire de 1 %.

L'entente du Syndicat des professeures et professeurs de l'UdeS (SPPUS) prévoit 30 nouveaux postes d'ici trois ans, en plus de postes qui pourraient se libérer et qui seraient remplacés.

Rappelons que l'instance syndicale comptabilisait un déficit de 40 professeurs par rapport à l'année 2004-2005. « On est fiers d'aller de l'avant, mais c'est plus une mesure de rattrapage que de développement », commente la présidente du SPPUS, Dominique Lorrain, en soulignant que la situation du corps professoral ressemblera plutôt à celle de 2013. « Quarante postes, c'est le minimum », souligne-t-elle.

« Pour nous, c'était quelque chose de très important, la négociation était beaucoup axée sur la tâche des professeurs. »

Le SPPUS réclamait un rattrapage salarial d'environ 10 %. Il réclamait la parité avec ses collègues ingénieurs-professeurs (AIPSA) et l'application de la politique salariale gouvernementale (PSG). L'UdeS avait estimé sommairement l'ensemble des demandes du SPPUS à 10-12 millions $.

La convention collective prévoit 6,25 % sur trois ans (4%, 1,25 % et 1 % la dernière année) en plus d'un montant forfaitaire de 1 % pour la fin de la convention échue depuis mars 2015. Ce montant de 1 % sera payé à la signature de la convention collective.

Aux yeux de Mme Lorrain, l'écart avec les professeurs ingénieurs a continué de croître. « On n'est pas en train de le combler. »

La présidente qualifie le gain d'« assez modeste » et correct à la fois : « Par rapport aux autres universités, on se retrouvera au même niveau salarial que les professeurs de l'UQAM en 2018 », souligne-t-elle en ajoutant que les membres du SPPUS pourront aussi se comparer à leurs collègues de l'Université Laval.

Les 281 membres présents à l'assemblée générale ont également entériné à 78 % le protocole de retour au travail. Il prévoit que les professeurs pourront utiliser différentes modalités afin de rencontrer les objectifs de leurs cours. Plutôt que de donner un examen en classe, un professeur pourrait donner un travail à faire à la maison, illustre Mme Lorrain.

« Si le cours doit être repris, les professeurs seront payés pour les cours supplémentaires (les cours d'appoint). C'est un taux réduit au chapitre du traitement. »

La direction de l'UdeS a reculé devant certaines demandes, dont la réduction du congé de maternité et de son traitement. « D'avoir résisté à la perte des avantages sociaux, c'est un gain en soi », commente Mme Lorrain.

L'UdeS demandait la fin de l'exonération partielle des droits de scolarité, ce qu'elle a obtenue.

L'exonération des droits de scolarité prévoit le remboursement de 50 % des frais de scolarité d'un employé, de son conjoint ou de ses enfants. En échange, le SPPUS dit avoir obtenu un allégement de tâche de ses membres au retour d'un congé de maternité ou d'un congé pour adoption.

Les quelque 428 membres du SPPUS étaient sans contrat de travail depuis mars 2015. Ils ont exercé 11 jours de grève. La dernière grève remontait à 1992. C'est l'arrivée du conciliateur à la table des négociations qui a permis de dénouer l'impasse, estime Mme Lorrain. « Ça n'a pas été une négociation facile », souligne-t-elle. Les deux parties en sont arrivées à un accord jeudi soir dernier.

Il a été impossible de parler à un membre de la direction de l'UdeS, mardi.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer