Drapeau devant les succursales : la SAQ revient sur sa décision

La Société des alcools du Québec (SAQ) ne retirera pas les drapeaux du Québec... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Société des alcools du Québec (SAQ) ne retirera pas les drapeaux du Québec devant ses succursales. En quelques heures, la société d'État est revenue sur sa décision ayant soulevé des réactions négatives.

«À la suite des réactions suscitées par le déplacement de certains drapeaux du Québec de l'extérieur vers l'intérieur de ses succursales, la SAQ s'engage à continuer de déployer le fleurdelisé sur ses magasins», a-t-on annoncé dans une courte dépêche, mardi en début d'après-midi.

«La SAQ comprend la sensibilité des Québécois à cet égard et l'importance qu'ils accordent à ce que le drapeau soit bien visible sur les magasins de leur société d'État.»

Mardi matin, le Parti québécois de l'Estrie avait demandé à la direction de la SAQ de revenir sur sa décision de retirer les drapeaux du Québec devant ses succursales.

En réponse, la SAQ avait confirmé à La Tribune vouloir retirer les drapeaux de l'extérieur des succursales pour les «déplacer vers l'intérieur» afin de «faciliter leur entretien».

«La décision vise d'abord et avant tout à protéger les drapeaux, ce qui facilitera leur entretien. Ceux-ci seront toujours présents et visibles auprès de la clientèle, avait déclaré en fin d'avant0midi Renaud Dugas, responsable des relations de presse aux affaires publiques de la SAQ.

«Les drapeaux continuent à être affichés à l'extérieur des locaux qui appartiennent à la SAQ», comme les édifices administratifs et certaines succursales.

Pour ce qui est des commerces dans lesquelles la SAQ est locataire, «les drapeaux seront graduellement déplacés vers l'intérieur des succursales, notait-il dans un courriel. C'est tout simplement une question d'entretien.»

«À l'extérieur, ils s'endommagent très rapidement. Les drapeaux en bon état vont demeurer à l'extérieur de nos succursales, mais seront déplacés à l'intérieur lorsque viendra le temps de les remplacer.»

«Un prétexte absurde»

Le PQ Estrie était monté aux barricades à la suite d'un article paru dans les pages du Journal de Montréal mardi matin. « C'est à ne rien y comprendre. La SAQ utilise un prétexte tout simplement absurde pour vouloir sauver des coûts dérisoires dans son budget de fonctionnement. La société d'État rapporte un peu plus d'un milliard de dollars à l'État québécois chaque année», avait réagi Philippe Pagé, président du Parti québécois en Estrie.

«Les écoles, les municipalités et les autres bureaux gouvernementaux sont capables de se payer un drapeau et la SAQ en serait incapable? À un moment donné, il faut arrêter de prendre le monde pour des valises!»

Pour le péquiste estrien Philippe Pagé, on ne devrait pas réserver pareil sort au drapeau bleu et blanc.  « Tous les pays du monde ont un drapeau. C'est un symbole de fierté. C'est un symbole du vivre ensemble, de la collectivité. Le nôtre rassemble tous les Québécois, peu importe leurs origines, peu importe leurs allégeances», dit-il.

«Nous invitons la SAQ à reculer et à s'excuser pour cette décision particulièrement loufoque.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer