Sherbrooke confirme l'abandon de la passerelle cyclable

Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Caroline Gravel, directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La Ville confirme sa décision d'abandonner la passerelle cyclable sur le viaduc du boulevard de Portland et opte officiellement pour un élargissement du trottoir qui permettra aux piétons et aux cyclistes de cohabiter. Le trottoir, du côté sud, passera donc de 1,5 m à 3,1 m.

La directrice du Service des infrastructures urbaines à la Ville de Sherbrooke, Caroline Gravel, a fait le point sur la décision de la Ville et sur son impact sur la subvention obtenue du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports. C'est qu'à l'origine, en 2014, le ministère accordait 973 000 $ à la Ville, soit la moitié des coûts estimés, pour la réalisation de la piste cyclable de 2,6 km le long du boulevard de Portland, entre la rue Léger et le boulevard Lionel-Groulx. Cette somme tenait compte de la construction d'une passerelle.

« Nous avons fait des recherches auprès du ministère pour savoir si les sommes résiduelles pouvaient être affectées à d'autres installations cyclables sur le territoire. Cette demande nous a été refusée », indique Mme Gravel.

La subvention gouvernementale est donc ramenée à 630 000 $. Au total, la Ville aura dépensé 1 130 000 $. Quant aux travaux pour l'élargissement du trottoir, ils coûteront 500 000 $. Un comptage réalisé en septembre 2016 indiquait que 50 cyclistes et 50 piétons empruntaient le trottoir ou les voies du pont sud du boulevard. « Le rétrécissement des voies entraînera un ralentissement des véhicules. Une nouvelle norme du Ministère permet maintenant la circulation des cyclistes et des piétons sur une même infrastructure sur une courte distance. Les cyclistes n'auront donc pas à descendre de leur vélo pour traverser le pont », se réjouit Caroline Gravel.

Cette nouvelle norme est entrée en vigueur en décembre 2016. Une signalisation devra être installée pour indiquer la distance sur laquelle la cohabitation est nécessaire.

Le conseiller Marc Denault avait déploré que les cyclistes doivent descendre de leur vélo pour traverser le pont. « Maintenant qu'il y a une nouvelle norme, est-ce qu'on pourrait voir ce genre de projet sur le pont Jacques-Cartier? Pourrait-il y avoir une cohabitation sans amputer une voie? »

Caroline Gravel préférait vérifier avant de se prononcer. « Je reviendrai avec le dossier de Jacques-Cartier et une analyse plus complète dans les prochaines semaines. »

Danielle Berthold a pour sa part demandé que des mesures soient prises pour sensibiliser les automobilistes à la présence nouvelle d'une piste cyclable sur le boulevard de Portland, principalement aux endroits où la piste traverse des entrées charretières. Elle s'interroge aussi sur l'espace disponible au virage à l'intersection du boulevard de Portland et du boulevard Industriel en raison de l'étroitesse des voies.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer