Joute verbale sur l'islamophobie

Deux groupes opposés sur la question de l'immigration... (Spectre média, Maxime Picard)

Agrandir

Deux groupes opposés sur la question de l'immigration ont manifesté devant l'hôtel de ville de Sherbrooke samedi midi.

Spectre média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Une quarantaine de manifestants provenant de deux groupes aux visions opposées se sont livrés à une joute verbale haute en intensité devant l'hôtel de ville de Sherbrooke samedi midi.

Comme dans de nombreuses villes au Canada, des membres du mouvement nationaliste d'extrême droite Canadian Coalition of Concerned Citizens (Coalition canadienne des citoyens inquiets - CCCC) tenaient une manifestation à Sherbrooke afin de contester la motion M-103 contre l'islamophobie présentée par le gouvernement fédéral, qu'ils considèrent comme menaçante pour la liberté d'expression. Des membres du groupe La Meute, qui s'oppose à l'islam radical, prenaient également part au rassemblement.

Des militants de gauche, principalement des étudiants du Cégep de Sherbrooke et des membres d'Action Antifasciste Sherbrooke, ont répliqué à cette présence par une contre-manifestation pour lutter contre « la haine et l'extrême droite islamophobe ».

« Nous, on considère qu'il y a eu beaucoup d'incompréhension par rapport à la motion M-103 », expliquait François, l'organisateur de la contre-manifestation. « Eux, ils prônent que ça brime la liberté d'expression, mais dans les faits, la motion ne brime personne. Tout ce qu'elle fait, c'est qu'elle élimine le racisme systémique de notre société. Alors nous, on est ici pour prôner un refus de l'islamophobie à Sherbrooke et une non-tolérance face aux propos racistes et d'extrême droite. »

La motion M-103, qui a été déposée en décembre à la Chambre des communes par la députée Iqra Khalid, appelle à « condamner l'islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques ».

« La M-103 est trop spécifique à une seule religion, l'islam, et on trouve qu'elle devrait s'appliquer à toutes les religions, parce que tous nos lieux publics devraient être laïcs », mentionnait de son côté Olivier Lambert, un militant de la CCCC.

Échanges tumultueux

Une vingtaine de membres de chacun des deux camps se sont d'abord affrontés du regard en bas des escaliers menant à l'hôtel de ville, pour finalement s'approcher les uns des autres et ouvrir le dialogue, sous surveillance policière. Si les arguments fusaient d'abord de façon plutôt chaotique et dans une ambiance tendue, de petits groupes ont fini par se former afin de poursuivre une discussion plus harmonieuse.

Abordant des sujets controversés comme le port du voile, la présence de crucifix dans les établissements hospitaliers et, bien sûr, la motion M-103, les manifestants et contre-manifestants ont levé le ton à quelques reprises, mais n'ont jamais eu recours à la violence.

« Pourquoi vous ne gardez pas votre religion à la maison? Pourquoi est-ce que vous nous imposez vos coutumes? Vous sortez vos petits tapis de prière partout! Je n'ai rien contre les musulmans, en autant que vous n'essayiez pas de tout changer au Québec » lançait Carole Lambert à un couple de confession musulmane en face d'elle.

« Je suis étudiant au Cégep de Sherbrooke et je n'ai jamais vu de tapis de prière. Pourtant, je sais très bien qu'il y a une communauté musulmane assez importante au Cégep de Sherbrooke. Personne n'impose rien à personne », rétorquait François, l'organisateur de la contre-manifestation.

« Les gens sont en train de se refermer sur eux-mêmes, et on ne veut pas que ça arrive ici. Je ne veux pas que chaque communauté s'isole dans son coin. On veut que tout le monde soit inclusif. (...) On est tous gagnant si on a une compréhension de l'autre », a quant à lui fait valoir Abdelaziz Laaroussi, un Sherbrookois musulman né en Algérie de parents marocains.

Alors que le froid glacial commençait à venir à bout de la grogne des manifestants et que le rassemblement tirait à sa fin, la militante Carole Lambert s'est exclamée : « En tout cas, on a un point en commun : on a tous les orteils gelés! » Une affirmation que personne n'a contestée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer