Le carnaval de tous les temps

La nouvelle tyrolienne géante érigée au-dessus de la... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

La nouvelle tyrolienne géante érigée au-dessus de la rivière Magog, entre la place des Moulins et la place Nikitotek, a connu un franc succès... jusqu'à ce que l'activité doive prendre fin en raison de la pluie qui s'est abattue sur Sherbrooke samedi soir.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Carnaval de Sherbrooke n'a pas été de tout repos ce week-end pour les organisateurs de l'événement. Après un mercure atteignant les 16 degrés samedi après-midi et des pluies torrentielles en soirée, c'est un tapis de neige et un vent glacial qui les attendaient dimanche. Mais malgré tous ces caprices de dame Nature, le comité organisateur se dit satisfait de cette 51e édition.

Au parc Jacques-Cartier, la file d'attente pour la... (Maxime Picard) - image 1.0

Agrandir

Au parc Jacques-Cartier, la file d'attente pour la balade en traîneau à chiens s'étirait sur plusieurs mètres tout au long de la journée samedi, même si de la boue et du gazon entravaient la piste à certains endroits en raison de la température anormalement chaude qui régnait ce jour-là.

Maxime Picard

La fermette installée au Carnaval de Sherbrooke ainsi... (Maxime Picard) - image 1.1

Agrandir

La fermette installée au Carnaval de Sherbrooke ainsi que les tours de poney qui étaient offerts ont fait partie des activités les plus populaires de cette 51e édition.

Maxime Picard

Heureusement, plusieurs des activités proposées au Carnaval cette année avaient été pensées pour rendre l'événement moins dépendant de la température, si bien qu'on a constaté une hausse de l'achalandage de 46 pour cent par rapport à l'an dernier, et ce, malgré la météo printanière qui a causé quelques soucis.

« On était vraiment contents de voir tout ce beau monde-là, pas trop découragé par le fait que la température n'était pas très hivernale samedi. Il y avait un peu de boue, mais on a eu un plaisir fou! » indiquait à la fin du week-end la coordonnatrice de l'événement, Claudine Roussel.

La balade en traîneau à chiens au parc Jacques-Cartier a été l'une des activités les plus courues, même si elle s'est déroulée dans la boue et sur le gazon samedi.

« Les gens attendaient en file toute la journée. On a dû arrêter l'activité plus tôt que prévu pour que la piste soit prête pour dimanche, mais rien n'a été complètement annulé à cause de la température », notait Mme Roussel.

En soirée, le Village nocturne, qui se déroulait à l'angle des rues Wellington et Frontenac, a également dû être écourté.

« On a eu environ deux heures de Village nocturne, où les gens ont pu en profiter, a mentionné Claudine Roussel. C'est quand même plus de 1500 personnes qui se sont massées vers le centre-ville à l'intérieur de la première heure. On a diffusé le film Les Trolls devant l'hôtel de ville et la grande tyrolienne a fonctionné. Mais à partir de 19 h, dame Nature s'est mise de la partie, et ç'a été de la pluie, puis le déluge. On était vraiment heureux de pouvoir compter sur une équipe de bénévoles absolument formidables, qui sont restés pour nous aider à démonter le site. On a tiré nos feux d'artifice, mais après 21 h, tout le monde est rentré chez eux. »

« Somme toute, une très belle édition, même si on est déçus bien sûr que la météo n'ait vraiment pas été de notre côté samedi soir », résume-t-elle.

Succès pour la tyrolienne

Pendant les deux heures qu'elle a été ouverte, la nouvelle tyrolienne installée au-dessus de la rivière Magog, entre la place des Moulins et la place Nikitotek, a fait le bonheur de nombreux téméraires.

« On a parlé à des jeunes qui ont été les premiers à faire la tyrolienne, et ils ont trouvé le sentiment de liberté absolument formidable! Les gens nous ont dit qu'ils avaient déjà fait ça au Mexique, à la chute Montmorency, mais de pouvoir faire ça à Sherbrooke, c'était extraordinaire. On est très fiers de ça », soulignait Claudine Roussel.

Bien que cette 51e édition ait été globalement réussie, Mme Roussel n'ose pas confirmer la tenue du Carnaval l'an prochain.

« On doit, chaque fois, s'assurer d'avoir une bonne santé financière, d'avoir des activités que les gens veulent, des innovations, dit-elle. Déjà le mois prochain, il y a des rencontres du conseil d'administration qui sont prévues pour plancher sur la prochaine édition et vérifier si on a le financement requis. On ne saurait pas dire pour l'instant. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer