Déjà 10 ans pour la tempête historique de la St-Valentin

Au lendemain du 14 février 2007, l'heure était... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Au lendemain du 14 février 2007, l'heure était au déneigement pour les Sherbrookois, qui avaient reçu près de 60 cm de neige en 24 heures.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Cette tempête avait marqué l'imagination : le jour de la Saint-Valentin 2007 s'était transformé en retour à la maison cauchemardesque, alors que des milliers d'automobilistes étaient restés pris des heures dans les rues embouteillées et glacées du centre-ville de Sherbrooke. Une femme avait même accouché dans sa voiture au milieu de la tempête et avait dû être reconduite à l'hôpital en motoneige, alors que des jeunes écoliers étaient rentrés à la maison après 22 h.

Il s'agissait alors d'un record de tous les temps : près de 60 cm de neige tombés sur Sherbrooke en l'espace de 24 heures. Les précipitations avaient commencé en milieu d'après-midi, et devant l'intensité des précipitations, les déneigeuses ne pouvaient plus déneiger et déglacer les artères principales qui étaient coincées par des voitures rendues incapables de bouger sur la chaussée glacée.

« À certains moments de la soirée de mercredi, ça tombait à raison de 9 cm à l'heure. Quand on approche du 8 cm à l'heure, c'est déjà un exploit... » avait alors expliqué le météorologue René Héroux d'Environnement Canada.

La centrale d'appels 9-1-1 avait été débordée tout au long de la soirée. Pour répondre aux appels urgents, le Service de police de Sherbrooke avait sorti ses motoneiges en pleine ville et réquisitionné des véhicules tout-terrain.

Côté chutes de neige extrêmes, une autre date s'est ensuite imposée dans la mémoire collective : du 6 au 7 mars 2011, plus de 70 cm de neige sont tombés en 24 heures. À la différence de la tempête de la Saint-Valentin, la neige était tombée intensément durant la nuit, si bien que les gens étaient restés coincés chez eux le matin, bien plus en sécurité que le 14 février 2007.




À lire aussi

  • Une fin de journée infernale

    Sherbrooke

    Une fin de journée infernale

    Ce n'est pas un, mais deux carambolages successifs qui ont marqué cette journée de tempête sur l'autoroute 10. »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer