Pas d'ambulanciers au Grand Prix de Valcourt

Les ambulanciers paramédicaux sont en grève pour 72... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Les ambulanciers paramédicaux sont en grève pour 72 heures.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Si les députés libéraux Karine Vallières et Luc Fortin ne répondent pas à l'appel lancé par les ambulanciers paramédicaux, le Gand Prix Ski-Doo de Valcourt se déroulera sans la présence des ambulanciers paramédicaux.

Les employés affiliés au secteur préhospitalier de Sherbrooke se sont joints à minuit vendredi au mouvement québécois pour une grève de 72 heures.

«Torvices. Nous ne prenons aucunement la population en otage. Les moyens de pression sont davantage administratifs. Le tribunal administratif du travail a déterminé que les véhicules dédiés seulement aux athlètes n'étaient pas des services essentiels. Par conséquent, les véhicules attitrés aux athlètes ne seront pas présents samedi au Grand Prix de Valcourt. Il est important de savoir qu'il y a une escouade de paramédics sur place », explique le président du syndicat des paramédics de l'Estrie-CSN, Christian Beaudin.

« J'ai un message à lancer aux députés de la région. Si M. Fortin où Mme Vallières sont prêts à nous donner une reconnaissance et un engagement envers les paramédicaux, on pourra reconsidérer la possibilité d'assurer la totalité des services essentiels. La balle est dans leur camp. C'est à eux de bouger », ajoute le président de la CSN en Estrie, Denis Beaudin.

Devant le bureau de circonscription du député Luc Fortin, une vingtaine d'ambulanciers paramédicaux affiliés à la CSN ont bravé le froid pour se faire entendre leurs revendications, vendredi matin.

Le syndicat ambulanciers paramédiaux déplore que le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette se soit retiré des négociations en confiant le mandat aux entreprises privées et coopératives du secteur ambulancier.

Le syndicat déplore que ces derniers n'aient aucun mandat de faire progresser les négociations.

« Nous sommes sans contrat de travail depuis près de deux ans. Il n'y a eu aucune réelle négociation pour le volet monétaire. Nous demandons un réajustement salarial et une meilleure retraite pour nos plus anciens. La charge de travail est aussi à revoir », souligné Christian Beaudin.

Les ambulanciers paramédicaux demandent aussi l'abolition des horaires de faction.

« Ce type d'horaire met la population en danger. Valcourt, Richmond, East Angus, Stanstead, Weedon et Coaticook vivent encore ce type d'horaire. On demande des horaires à l'heure », soutient Christian Beaudin.

Les ambulanciers paramédicaux sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015.

La Coopérative des travailleurs d'Ambulance de l'Estrie compte 150 ambulanciers paramédicaux.

Luc Fortin silencieux

Le député Luc Fortin n'a pas l'intention d'entrer en contact avec le syndicat des ambulanciers paramédicaux. «J'étais à l'extérieur de mon bureau ce matin lors de la manifestation et par la suite, je n'ai eu aucune demande de rencontre de leur part. De toute façon, ce n'est pas le ministère de la Santé qui est leur employeur. C'est un conflit de travail entre les ambulanciers et leur employeur, alors je n'ai pas l'intention de m'immiscer dans leur conflit», explique-t-il.

Il n'a donc pas l'intention de répondre à l'appel des représentants syndicaux qui voulaient une reconnaissance et un engagement des députés envers les paramédicaux. «Non, ce n'est pas ma responsabilité, surtout que ç'a été fait sous forme de menaces, ce matin», fait savoir Luc Fortin. Avec Marie-Christine Bouchard

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer