Labeaume et Sévigny évacués : l'accusé évalué en psychiatrie

Réjean Hurdle sera évalué en psychiatrie légale.... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Réjean Hurdle sera évalué en psychiatrie légale.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) « Je ne suis pas raciste! » Réjean Hurdle a lancé ce bref commentaire aux journalistes lorsqu'il a été amené au palais de justice de Sherbrooke, jeudi, pour répondre de gestes de violence envers les policiers.

L'individu âgé de 57 ans a menacé le maire de la ville, Bernard Sévigny, de même que le maire de Québec, Régis Labeaume, alors qu'ils assistaient à un match de hockey, mercredi soir, dans une loge du Palais des sports Léopold-Drolet de Sherbrooke. Les deux maires ont été escortés hors de l'aréna. Hurdle a aussi menacé de s'en prendre à des mosquées de la région de Sherbrooke.

Le suspect sera évalué en psychiatrie légale relativement à son aptitude pour faire face au processus judiciaire.

Aucune accusation n'est autorisée pour le moment relativement aux menaces faites à l'endroit des maires ou de la communauté islamique.

Des accusations d'entrave, de voies de fait et de menaces envers les policiers, qui ont procédé à son arrestation jeudi vers 1 h 30, ont été déposées.

« La trame factuelle des menaces qui auraient été faites demeure sous enquête. Pour le moment, nous portons que des accusations relatives à la trame factuelle de son arrestation », explique la procureure aux poursuites criminelles, Me Isabelle Dorion qui s'oppose à la remise en liberté de Hurdle.

La juge Hélène Fabi de la Cour du Québec a confié l'accusé pour sept jours aux soins du département de psychiatrie légale du CHUS à la suite d'une demande conjointe des avocats au dossier concernant l'aptitude à comparaître.

Le teint rougeâtre, vêtu d'un t-shirt rouge, Hurdle a regardé au sol lors du bref moment où il est resté devant la juge. Il a opiné de la tête lorsqu'il lui a été expliqué qu'il sera évalué en psychiatrie.

« Nous devons nous assurer qu'il comprend qu'il fait face à des accusations et qu'il comprend le processus judiciaire afin de pouvoir participer à défendre ses droits », a expliqué Me Dorion.

C'est Me Caroline Monette qui assistait Réjean Hurdle lors de sa comparution pour Me Mélissa Gilbert.

Hurdle, qui était intoxiqué au moment de son arrestation, possède de nombreux antécédents judiciaires notamment en matière de violence, stupéfiants et bris de conditions qui remontent jusqu'en 1987.

Les événements

Régis Labeaume était l'invité de Bernard Sévigny, mercredi soir, au match entre le Phoenix de Sherbrooke et les Remparts de Québec au palais des sports de Sherbrooke.

Des propos menaçants envers « Bernard Sévigny et ses acolytes » auraient été faits à la centrale 9-1-1 forçant l'évacuation de la loge de la Ville de Sherbrooke où les deux maires assistaient au match de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

« Au deuxième entracte, les policiers sont entrés dans la loge. Régis Labeaume était à Sherbrooke notamment pour discuter du projet Well inc. Des membres du comité exécutif étaient aussi avec nous dans la loge. On nous a demandé d'évacuer la loge parce que des menaces avaient été proférées. On parlait d'un colis suspect. Nous ne savions pas de quel ordre étaient ces menaces », explique le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny.

« Les deux maires ont quitté le palais des sports en sécurité », ajoute le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Le match n'a jamais été interrompu, mais des recherches ont été faites dans l'amphithéâtre. De nombreux policiers, dont le directeur du Service de police de Sherbrooke, Danny McConnell, se sont rendus sur place pour effectuer les fouilles d'usage. Le personnel du Phoenix de Sherbrooke a aussi été mis à contribution lors des recherches.

« Le Service de police de Sherbrooke possède une expertise pointue sur ce type d'appel. Ils ont fait le nécessaire. Ils possèdent leurs raisons pour ne pas avoir évacué le palais des sports », mentionne le maire de Sherbrooke.

Les menaces se sont poursuivies en soirée.

« Le suspect continuait à faire des menaces au 9-1-1 concernant les mosquées de Sherbrooke. Les enquêteurs ont rapidement repéré le suspect par diverses techniques d'enquête. Il aurait effectué neuf appels à la centrale d'urgence », affirme le porte-parole du SPS.

Le maire de Sherbrooke a été informé que le suspect continuait à faire des menaces.

« Plus tard, il y a eu d'autres appels de l'individu qui tenait des propos haineux envers la communauté islamique de Sherbrooke, les mosquées et les cimetières », mentionne le maire de Sherbrooke.

Au cours de la nuit, un suspect, bien connu des milieux policiers, a été arrêté.

« Il a fortement résisté à son arrestation. Les policiers l'entendaient faire des appels au 9-1-1 à travers la porte de son logement de la rue de la Bruère », signale le porte-parole du SPS.

Le dossier de Réjean Hurdle reviendra devant le tribunal le 16 février prochain pour le retour de l'évaluation psychiatrique.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer