Les Sherbrookois seront sondés pour le train

«Nous sommes capables de savoir combien [d'automobilistes] traversent... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«Nous sommes capables de savoir combien [d'automobilistes] traversent le pont Champlain pour se rendre jusqu'à Sherbrooke, ça donne une bonne idée du marché potentiel, d'autant que nous pourrons combiner ces résultats à ceux du sondage.»

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Les Sherbrookois pourraient être sondés prochainement dans le cadre de l'étude de faisabilité pour le projet de train Montréal-Sherbrooke-Boston. Les résultats sont attendus au début de l'été.

« C'est la firme Ipsos qui mènera le sondage alors que l'analyse des résultats sera réalisée par le chercheur Bilal Farooq, professeur à Polytechnique Montréal. Il est un spécialiste mondial sur les demandes en transport. Nous avons pris des données du trafic sur l'autoroute 10 pour comprendre les besoins de déplacement. Nous avons donc une bonne photo du marché », explique François Rebello, président de l'entreprise Train-Hôtel.

Pour ce faire, le chercheur s'est intéressé aux données transmises par les téléphones cellulaires des automobilistes. François Rebello raconte qu'il est possible de suivre les adresses IP des conducteurs qui laissent leur téléphone allumé en voiture pour savoir comment ils se déplacent. « Ça représente à peu près 33 % des gens sur l'autoroute. Nous ne pouvons pas savoir qui est derrière chaque téléphone, mais si nous faisons l'exercice pendant 48 h et que nous sommes capables de savoir combien traversent le pont Champlain pour se rendre jusqu'à Sherbrooke, ça donne une bonne idée du marché potentiel, d'autant que nous pourrons combiner ces résultats à ceux du sondage. »

À quel prix?

Les questions du sondage viennent tout juste d'être rédigées. « Nous viserons à savoir à quel prix les gens sont intéressés à prendre le train plutôt que la voiture ou l'autobus. Et à quelle vitesse. La firme propriétaire des voies est à finaliser l'évaluation des coûts pour l'amélioration des voies en fonction des différentes vitesses que nous pourrions atteindre. »

Plus on cherche à accélérer le train, plus il faudra investir dans le chemin de fer.

« Au début de l'été, nous devrions avoir les résultats de l'étude. »

Et ces résultats feront foi de tout. « Il y a beaucoup d'investisseurs qui attendent de voir les résultats de l'étude avant de décider s'ils embarquent. Mais pour l'instant, tout le monde est assez enthousiaste. »

François Rebello demeure positif, surtout, dit-il, que le comité de travail peut compter sur la présence d'un représentant de la Ville de Sherbrooke, Bruno Vachon, d'un représentant de la Ville de Magog, du directeur de la MRC de Brome-Missisquoi et de la directrice du développement économique de Saint-Jean-sur-Richelieu.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer