Une pétition pour sauver le cours Monde contemporain

L'enseignant Daniel Rouillard est l'un des instigateurs d'une... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

L'enseignant Daniel Rouillard est l'un des instigateurs d'une pétition réclamant que le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx revienne sur sa décision d'amputer les heures consacrées à cette matière.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Des enseignants ont lancé une pétition intitulée « Sauvons le cours Monde contemporain » réclamant que le ministre de l'Éducation Sébastien Proulx revienne sur sa décision d'amputer les heures consacrées à cette matière afin d'introduire dans la grille-horaire le cours d'Éducation économique à compter de la rentrée 2017.

Daniel Rouillard, enseignant en Monde contemporain au Triolet, et quelques-uns de ses collègues avaient fait une sortie publique, le mois dernier, afin de dénoncer la décision du ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport. L'enseignant insiste pour préciser qu'il ne parle pas au nom de son école ou de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, mais bien en son nom personnel et à titre de citoyen.

M. Rouillard déplore que la décision ait été prise dans la précipitation et sans une véritable consultation élargie, fait-il valoir.

Au moment d'écrire ces lignes, quelque 1000 personnes avaient signé la pétition. Celle-ci a été mise en ligne sur la page Facebook intitulée « Sauvons le cours Monde contemporain ».

Elle a été signée un peu partout dans la province.

Le 16 décembre, le ministre a annoncé que deux unités obligatoires d'Éducation financière seront introduites en modifiant le nombre d'unités obligatoires pour le cours Monde contemporain en cinquième secondaire.

Résultat : deux unités de Monde contemporain seront obligatoires (l'équivalent de 50 heures) tandis que deux unités deviendront optionnelles (une autre portion de 50 heures). Cela signifie que les écoles qui le souhaitent pourront intégrer une deuxième portion de 50 heures en option.

« Le ministre dit qu'il faudrait faire le cours en 50 heures au lieu des 100 heures. Le programme est articulé autour de cinq enjeux. Le ministre a décidé que les enseignants choisiraient deux des cinq enjeux », explique M. Rouillard. Le cours traite des thèmes comme les changements climatiques, les mouvements migratoires, la mondialisation.

Daniel Rouillard rappelle qu'il n'en a pas contre le cours d'Éducation financière. Il rappelle toutefois l'importance de former les élèves à titre de futurs citoyens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer