Évitez les urgences!

Lyne Cardinal, directrice des services généraux du CIUSSS... (Spectre Média, René Marquis)

Agrandir

Lyne Cardinal, directrice des services généraux du CIUSSS de l'Estrie - CHUS, et la Dre Marie-Claude Collinge, chef du Département de l'urgence, ont procédé au lancement du Guide simplifié afin d'aider la population à adopter de bonnes pratiques en matière de santé.

Spectre Média, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) S'il est vrai que les cas de grippe et de gastro-entérite se multiplient durant le temps des Fêtes, il est faux de croire que le seul moyen d'en venir à bout est de se rendre à l'urgence dès l'apparition des premiers symptômes...

C'est la mise au point qu'ont tenu à faire la Dre Marie-Laure Collinge, chef du Département de l'urgence, et Lyne Cardinal, directrice des services généraux du CIUSSS de l'Estrie - CHUS à l'aube des réunions de famille, partys des Fêtes et autres réunions propices à la propagation des virus de tout acabit.

Pour éviter d'encombrer inutilement les urgences, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie - CHUS a lancé mercredi un guide simplifié permettant aux personnes infectées (gastro-entérite, grippe ou autres) de savoir comment se soigner ou à quels services s'adresser pour recevoir les soins appropriés à son état de santé.

Le guide simplifié est disponible sur Internet (santeestrie.qc.ca/tempsdesfetes) ainsi que dans tous les points de service du CIUSSS de même que dans les pharmacies de la région.

On y rappelle qu'une personne aux prises avec la gastro peut transmettre la maladie tant qu'elle a des symptômes (fièvre, vomissement, diarrhée, etc.) et ce, jusqu'à deux semaines après leur disparition.

Dans le cas de la grippe, la personne infectée peut être contagieuse 24 h avant de présenter des symptômes et jusqu'à 10 jours après leur apparition.

Or, avant de se diriger à l'urgence, plusieurs options sont à envisager. Surtout pour les personnes considérées en bonne santé.

«Une personne en santé ne mourra pas d'une grippe ou d'une gastro-entérite... même si on a l'impression qu'on va effectivement en mourir tellement on est malade», précise Dre Collinge. Dans ce cas, «la première chose à faire, c'est de rester à la maison, de se reposer et, si possible, de s'autotraiter», en recourant d'abord aux médicaments en vente libre tels que Tylenol, Advil ou Gravol. Généralement, les symptômes disparaissent entre 2 et 10 jours.

Dans le cas des personnes vulnérables ou atteintes de maladies chroniques, pulmonaires, immunosupprimées ou en chimiothérapie, la prévention devient prioritaire. C'est le cas aussi des enfants des moins 5 ans et des personnes âgées de 65 ans et plus.

Guide à consulter

Quelle que soit la situation liée à son état de santé, le «Guide simplifié - Besoin de services de santé» a été conçu de façon à permettre à la population de recevoir les soins appropriés à sa situation, indique pour sa part Lyne Cardinal, des Services généraux du CIUSSS.«On demande à la population de consulter le Guide. Non seulement durant la période des Fêtes, mais pendant toute l'année. C'est un guide quatre saisons qui va orienter les gens au bon endroit, selon leur condition».

L'urgence de Granby déborde toujours.... (Archives La Voix de l'Est) - image 2.0

Agrandir

L'urgence de Granby déborde toujours.

Archives La Voix de l'Est

L'urgence de Granby toujours surchargée

Une semaine après avoir franchi le cap des 200 % de taux d'occupation, l'urgence de Granby déborde toujours.

Depuis le 12 décembre, les 20 civières disponibles ne suffisent pas pour accueillir les patients qui affluent à l'urgence du Centre hospitalier de Granby (CHG). Au cours des derniers jours, le taux d'occupation y a oscillé autour de 160 %, avec une pointe à 210 % le 14 décembre. « Il y a une hausse d'achalandage normale pour le moment qui est dû au début de l'hiver », avait fait valoir Julie Constantineau, conseillère en communications au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie.

Plusieurs mesures ont alors été prises pour réduire l'engorgement, entre autres l'ouverture de 15 lits de débordement. Plusieurs ambulances ont aussi été détournées vers d'autres hôpitaux. Le portrait n'était guère reluisant au CHG, mercredi. Selon le relevé de la « situation dans les salles d'urgence de la région » à 15 h, 32 patients étaient sur civière. 

Douze personnes y étaient alitées depuis plus de 24 heures et quatre depuis plus de deux jours, tandis que 14 patients étaient en attente d'une hospitalisation. 

Au même moment à l'hôpital Brome-Missisquoi-Perkins de Cowansville, 21 patients étaient sur civière alors que la capacité est de 16. On comptait neuf séjours de plus de 24 heures et aucun de plus de 48 heures. Dix patients attendaient d'être hospitalisés. Au même moment, les débordements étaient quasi nuls dans les hôpitaux du territoire du CIUSSS de l'Estrie.  Jean-François Guillet

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer