• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > financement en santé: Barette et Leitao refusent d'avance l'offre d'Ottawa 

financement en santé: Barette et Leitao refusent d'avance l'offre d'Ottawa

Gaétan Barrette... (Photo PC)

Agrandir

Gaétan Barrette

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
Ottawa

Si tôt arrivés, si tôt prêts à partir. Les ministres québécois des Finances et de la Santé se sont présentés à la réunion fédérale provinciale sur le financement des soins de santé, lundi matin, en dénonçant l'offre présentée par le gouvernement fédéral.

Le bouillant ministre Gaétan Barrette invitait Justin Trudeau à rappeler à l'ordre son ministre des Finances Bill Morneau ou à le remplacer. Carlos Leitao, pour sa part, tenait mordicus à une augmentation des transferts d'Ottawa pour que la part du fédéral dans le financement de la santé revienne à 25 pour cent pour l'ensemble des provinces.

Vendredi, le ministre Morneau a présenté son offre aux provinces, offre qui remet à trois pour cent l'augmentation des transferts d'Ottawa, alors que les provinces demandent qu'on maintienne une augmentation de six pour cent. Ottawa ajoute à ces transferts de l'argent pour les soins à domicile et la santé mentale - 8 milliards $ sur 10 ans - argent que Québec pourra dépenser à sa guise, n'étant pas tenu par les conditions d'Ottawa, fédéralisme asymétrique oblige.

"Il n'y a rien qui s'est passé entre vendredi et aujourd'hui qui nous permette d'être optimistes", a dit le ministre Leitao à son arrivée à l'hôtel d'Ottawa où se tient la rencontre.

Son collègue Barrette s'est montré encore plus pessimiste.

"Il n'y a aucun doute que si la proposition reste telle quelle, on va quitter la table", a averti le ministre qui prévoyait déjà, ironisait-il, reprendre la route de Montréal à temps pour éviter les bouchons de circulation.

"Il est fermé Bill Morneau. Il a fait un choix. Il a fait un choix entre des emplois en construction et des emplois en santé", a-t-il tonné. "S'il ne peut pas gérer son ministère, peut-être devrait-il être remplacé", a-t-il ajouté.

Sur un tout autre ton, l'homologue néo-écossais du ministre Barrette croyait possible d'arriver à une entente. "Ce sont de vrais dollars", a souligné Leo Glavine. Selon ses calculs, l'offre pour les soins à domicile, additionnée aux transferts, équivaut à une augmentation de 5,2 pour cent de l'argent qui vient d'Ottawa. "À 5,2, je pense que la plupart des ministres seront prêts à accepter l'offre", à son avis.

"Je peux vous assurer qu'aucune province n'est satisfaite de la proposition du fédéral. Je peux vous assurer que le gouvernement fédéral va voir les plus petites provinces, les plus affamées et celles qui ont moins de poids politique et leur fait des propositions", a rétorqué M. Barrette selon qui tout le pays à l'ouest du Québec rejette aussi l'offre d'Ottawa.

La réunion a débuté entre ministres des Finances du pays. Leurs collègues de la Santé devaient les rejoindre plus tard en journée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer