• La Tribune > 
  • Actualités 
  • > Centre d'innovation minière: le Cégep attend de connaître la position d'Ottawa 

Centre d'innovation minière: le Cégep attend de connaître la position d'Ottawa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) Alors qu'il caresse avec plusieurs partenaires un projet de Centre d'innovation minière à Asbestos, le Cégep de Sherbrooke attend avec impatience de connaître les détails du projet de loi fédéral visant à bannir l'amiante au Canada.

«On suit ça avec intérêt. Tout dépend de la façon dont ce sera formulé», commente la directrice générale du Cégep de Sherbrooke, Marie-France Bélanger.

Rappelons que le Cégep de Sherbrooke, aux côtés d'autres partenaires comme la Commission scolaire des Sommets (CSS) et la Corporation de développement socioéconomique d'Asbestos, souhaitent mettre sur pied le pôle de développement industriel et minier de la MRC des Sources, dont le principal volet repose sur un Centre d'innovation minière.

Avec ce centre, les responsables souhaitent recycler les résidus miniers.

«Des entreprises pourront valoriser les résidus miniers. Ce qui est prévu actuellement, c'est que ces résidus seraient calcinés au préalable (...) Ça fait en sorte qu'il n'y a plus de fibre d'amiante du tout dans le produit. La structure moléculaire fait en sorte qu'il n'y a plus d'amiante par la suite», indique-t-elle.

«La transformation prévue est basée sur des technologies vertes qui, à ce moment-ci, ne laisserait aucun résidu. Non seulement on ne travaille plus avec des produits qui ont des fibres d'amiante, mais en plus il n'y a pas de résidu à la toute fin. On rend ça inerte.»

«Il va falloir voir quel impact aurait le projet de loi, mais on tient le bureau de Mme Bibeau (la ministre fédérale Marie-Claude Bibeau) informé du projet.»

Des entreprises ont déjà été identifiées pour lancer le projet; une mini-usine pilote serait aménagée à Asbestos.

Le centre d'innovation aurait notamment pour mission d'offrir aux entreprises le soutien technique dans le développement et la mise à l'échelle de procédés hydrométallurgiques liés à la récupération des valeurs métalliques présentes dans les résidus miniers.

«On ne fait pas de production à grande échelle, c'est comme un laboratoire», indique Mme Bélanger.

Le Centre d'innovation minière de la MRC des Sources en tant qu'OBNL (organisme à but non lucratif) a officiellement été constitué. Des démarches sont toujours en cours pour attacher le financement.

Interrogée à savoir si un tel projet pourrait être soumis au BAPE (Bureau d'audiences publiques sur l'environnement), Mme Bélanger a indiqué que les partenaires travaillaient de concert avec le ministère de l'Environnement.

Les responsables souhaitent le démarrage du Centre d'innovation minière en 2017. Au départ, ils avaient évoqué 2016 pour la construction du centre.

Le Cégep de Sherbrooke a déjà déposé une demande de programme d'études en lien avec ce centre.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer