Le SANC en plein sprint pour l'accueil de réfugiés syriens

Le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) est en... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Le Service d'aide aux Néo-Canadiens (SANC) est en plein sprint, ces jours-ci, alors que plusieurs familles arrivent de la Syrie.

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le Service d'aide aux Né0-Canadiens (SANC) est en plein sprint, ces jours-ci, alors que plusieurs familles arrivent de la Syrie.

Le 4 décembre, le SANC a été avisé par le ministère de l'Immigration qu'il recevrait d'ici le 15 décembre environ 90 personnes.

Est-ce courant d'accueillir autant de gens en si peu de temps? « Dans un délai aussi serré, non », répond la directrice du SANC, Mercedes Orellana, en soulignant qu'il arrive que l'organisme compose avec des pics d'arrivées.

Tout en se disant consciente de leurs contraintes respectives, Mme Orellana estime qu'il serait souhaitable que Québec et Ottawa s'arriment davantage afin de planifier les accueils sur une base régulière.

Selon le ministère de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion (MIDI), sur l'objectif d'accueillir 7300 personnes réfugiées syriennes d'ici la fin de l'année, le Québec avait accueilli, en date du 8 décembre, 6893 personnes.

Le Devoir rapportait ce week-end qu'environ 400 réfugiés syriens sont attendus d'ici la fin de décembre, au Québec, ce qui permettrait d'atteindre la cible de 7300 pour 2015-2016.

Les arrivées des derniers jours font partie de ces quelque 400, selon Mme Orellana.

« Plusieurs familles sont arrivées depuis novembre et décembre. » Du nombre, certaines sont de grandes familles, c'est-à-dire qu'elles comptent sept ou huit enfants.

Même si le SANC est habitué de devoir trouver des logements à de grandes familles, le parc immobilier sherbrookois n'est pas conçu pour faire face à ce genre de situations.

Ainsi, avec la collaboration des propriétaires, il arrive parfois qu'une seule famille soit hébergée dans deux appartements distincts, raconte Mme Orellana.

Le SANC est aussi en plein sprint juste avant la fermeture de ses bureaux pour la période des Fêtes. Les motifs de fermeture sont nombreux. Mme Orellana évoque la difficulté de dénicher des interprètes durant cette période, l'absence de propriétaires de logements, mais aussi la qualité de vie des employés et des bénévoles.

Mercedes Orellana s'attend également à ce que le début de l'année soit fort occupé.

Selon elle, une des particularités à Sherbrooke est que contrairement à d'autres régions, on y accueille à la fois des réfugiés pris en charge par l'État et des réfugiés parrainés au privé. « Cela fait que le volume est plus important. On va solliciter les mêmes ressources », commente Mme Orellana.

Depuis le début de l'année 2016, le SANC a accueilli 877 personnes immigrantes, incluant les réfugiés.

L'Association éducative transculturelle (AET) a déjà reçu quelques familles syriennes et elle en attend d'autres à court terme.

L'association a aussi fait des demandes de parrainage pour trois ou quatre familles syriennes qui ne sont pas arrivées encore. « Les dossiers sont en traitement », note le directeur de l'AET, Shah Ismatullah Habibi.

Dans ce cas-ci, la demande de parrainage privé a été faite à la fin de 2015. « Il y a beaucoup de demandes, ça prend beaucoup de temps. »

Les réfugiés syriens ne sont toutefois pas les seuls à devoir s'armer de patience. Dans le cas d'une demande de parrainage privé d'une personne au Pakistan, la personne peut attendre 76 mois à partir du moment où la demande est faite, illustre M. Habibi. Au fil des ans, l'AET a parrainé de nombreux Afghans, mais aussi des Irakiens, des Colombiens et des Syriens, notamment.

La Tribune écrivait récemment que l'Église syriaque orthodoxe de Sherbrooke attend une soixantaine de familles syriennes à Sherbrooke en 2017. Depuis 2014, une centaine de familles syriennes ont pu fuir la guerre grâce au parrainage privé de cette église.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer