Amiante: d'autres voix s'élèvent contre le bannissement

Justin Trudeau... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Justin Trudeau

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) D'autres voix s'élèvent pour réclamer que le gouvernement fédéral de Justin Trudeau renonce à bannir l'utilisation de l'amiante au pays.

Bruno Lavoie... (Archives La Tribune, Frédéric Côté) - image 1.0

Agrandir

Bruno Lavoie

Archives La Tribune, Frédéric Côté

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce de Sherbrooke (CCS) s'unissent pour demander au gouvernement libéral de revoir son engagement à ce sujet.

« L'amiante chrysotile est une substance naturelle présente partout au Canada et est associée à de nombreux métaux et minéraux actuellement exploités au pays», clament en choeur Stéphane Forget, président-directeur général de la FCCQ, et Me Bruno Lavoie, président de la CCS.

«Le bannissement par le gouvernement fédéral, de même que le projet de loi C-321, auront des impacts négatifs sur le développement de projets économiques d'envergure pour le Québec et ses régions.»

Ils appellent également les parlementaires canadiens à ne pas appuyer le projet de loi C-321, qui vise notamment la création d'une liste de substances interdites au Canada, dont l'amiante.

Stéphane Forget... (Archives Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

Stéphane Forget

Archives Le Soleil

Substances cancérigènes

Bien que l'amiante ait été ajouté à la liste des substances cancérigènes de l'Organisation mondiale de la Santé, il est prouvé que son utilisation est sécuritaire et possible lorsque des mesures adéquates sont mises en place, note-t-on dans un communiqué de presse. La FCCQ rappelle que 118 autres substances se retrouvent également sur cette liste et ne font pas l'objet d'un bannissement.

La FCCQ et la CCS estiment que les connaissances scientifiques actuelles permettent clairement d'établir une distinction entre les différentes formes d'amiante du point de vue sanitaire et environnemental et qu'il est reconnu que l'amiante chrysotile encapsulé dans une matrice de serpentine, de ciment, de bitume ou de résine peut être exploité de façon sécuritaire.

Enfin, la FCCQ et la CCS déplorent par ailleurs que le projet de loi prévoie que le bannissement d'autres produits se fasse par voie de décret ministériel, sans consultation publique ou scientifique, ce qui porterait atteinte au processus de consultations publiques au Canada.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer