Fin de semaine achalandée pour les services de raccompagnement

La troisième fin de semaine de l'Opération Nez rouge pourrait bien être la plus... (Archives Le Soleil)

Agrandir

Archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SHERBROOKE) La troisième fin de semaine de l'Opération Nez rouge pourrait bien être la plus achalandée de la 33e campagne avec la vague des partys de bureau.

On lance donc un appel aux bénévoles qui veulent vivre l'expérience de raccompagner de façon sécuritaire des gens ayant choisi de ne pas conduire leur véhicule pour se déplacer.

On peut remplir le formulaire d'inscription pour sa région, disponible à l'adresse web OperationNezrouge.com. Rappelons que l'Opération Nez rouge est en service jusqu'à la nuit du 31 décembre au 1er janvier.

L'Opération Nez rouge rappelle aux utilisateurs l'importance de bien planifier ses déplacements, et ce, dès le début de la soirée. En plus du numéro provincial 1 866 Desjardins, l'application mobile pour téléphones intelligents est un excellent outil pour le faire, puisqu'elle permet de joindre facilement le service dans sa communauté, de programmer une alerte et d'afficher le temps d'attente pour 10 grands centres du Québec.

Toute personne qui ne se sent pas en état de conduire, quelle que soit la raison, est invitée à faire appel à un taxi, un membre de la famille ou un ami sobre, ou encore à un service de raccompagnement.

Nancy Massé... (Photo fournie) - image 2.0

Agrandir

Nancy Massé

Photo fournie

Alcoséquence

Six ans après la fondation d'AlcoSéquence, sa propriétaire est encore plus convaincue de la pertinence de son entreprise de raccompagnements pour ceux qui ont trop bu. «Je constate que notre service a sa place dans la société, plaide Nancy Massé, en entrevue accordée à La Tribune. Le volume a doublé chaque année depuis le début.»

«Ça n'a pas toujours été facile. Nous sommes une entreprise privée, mais on est là aussi pour la cause. L'important, c'est que les gens ne prennent pas leur voiture après avoir bu de l'alcool.»

Évidemment, décembre est une haute saison pour les services de raccompagnement comme AlcoSéquence. Mme Massé ne cache pas que la présence des bénévoles de Nez rouge lui est d'un grand secours. «Le volume d'appel est tellement élevé avant les Fêtes», lance-t-elle.

«Une chance que nous avons Nez rouge. Sinon, des gens prendraient leur voiture. Quand le délai est plus long, nous leur disons de prendre Nez rouge ou un taxi.»

Les services d'AlcoSéquence s'adressent aux personnes ayant un véhicule automobile qui ont les facultés affaiblies, soit par l'alcool ou les médicaments, qui ressentent la fatigue et même ceux qui craignent les conditions hivernales des routes.

«Quand, j'ai commencé, nous avions deux équipes seulement.»


La compagnie peut compter sur 18 équipes de raccompagnement. Habituellement, on doit coordonner le travail de huit à 12 équipes sur le terrain en même temps en période de pointe. «Quand, j'ai commencé, nous avions deux équipes seulement», se souvient Nancy Massé, qui est une employée de BRP à Valcourt, en plus de diriger l'entreprise.

«Le 31 décembre, nous aurons 25 équipes en action.»

La femme d'affaires remarque que les moeurs ont changé depuis les dernières années. Maintenant, par exemple, des entreprises payent le raccompagnement de leurs employés lors des fêtes de bureau.

Des bars ont signé des contrats avec AlcoSéquence, ce qui permet d'offrir des tarifs préférentiels aux clients de l'établissement pour leur transport. On parle alors d'un prix de 15 $ au lieu du tarif fixe de 25 $ pour un déplacement dans la région de Sherbrooke.

«Je ne peux charger au kilométrage, car nous serions considérés comme un service de taxi», dit-elle.

«Mes employés sont des travailleurs autonomes payés à la commission. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer