Une bûche de Noël philanthropique pour les jeunes

Le copropriétaire du Savoroso, Simon Pruneau, et Julie... (Spectre Média, Julien Chamberland)

Agrandir

Le copropriétaire du Savoroso, Simon Pruneau, et Julie Tremblay, de La Jeune Société, ont concocté une bûche de Noël à saveur de lait frappé pour la période des Fêtes dont les profits iront à cinq organismes de la région qui viennent en aide aux jeunes, soit l'Académie du trésor, le GRIS-Estrie, La Grande Table, Les Enfants GIOIA et la Fondation du Salésien.

Spectre Média, Julien Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) En plus du Bal Salé, La Jeune Société se consacrera dorénavant à une nouvelle tradition afin de continuer d'amasser des fonds pour différents organismes de la région.

De concert avec le restaurant Savoroso, l'organisme qui regroupe dix jeunes professionnels de Sherbrooke y a présenté mercredi la bûche de Noël philanthropique qu'il a imaginée au cours des dernières semaines, une bûche aux framboises et mascarpone aux saveurs de milkshake qui sera mise en vente jusqu'au 23 décembre.

« C'était bien important pour nous de créer notre propre saveur. La saveur lait-frappé, ça rappelle l'enfance. On travaille pour les jeunes et on voulait que ça rejoigne le plus de monde possible. On est très content de ce que ça donne », s'est réjouie l'instigatrice de La Jeune Société, Julie Tremblay.

« Ç'a été un honneur pour nous de tout faire ça, mentionne quant à lui Simon Pruneau, copropriétaire du Savoroso. On a déjà participé à des causes dans le passé et on en cherchait d'autres à appuyer. En tant qu'ancien du Salésien, je suis encore très attaché à mon ancienne école secondaire et je participe chaque année à des événements avec eux. Quand Julie m'a approché pour faire une bûche pour des organismes qui aident les jeunes, on a tout de suite embarqué. »

La bûche est en vente au coût de 35 $. Sur ce prix, 8 dollars sont recueillis pour les cinq organismes sélectionnés, soit l'Académie du trésor, le GRIS Estrie, La Grande Table, Les Enfants GIOIA et la Fondation du Salésien.

Lors du point de presse, Corrine Reid, du GRIS-Estrie, un organisme qui cherche notamment à démystifier la réalité des homosexuels et bisexuels, a rappelé l'importance des dons pour des organismes tels que le sien qui ne peuvent compter sur des subventions du gouvernement pour subsister. Les Enfants GIOIA, une nouvelle fondation qui souhaite venir en aide aux jeunes de 0 à 29 ans atteints de maladies orphelines, espère mettre en place prochainement un centre à même la nature pour y accueillir et divertir ses premiers participants. Depuis 2010, l'Académie du trésor prodigue gratuitement des cours de finance aux jeunes du primaire et du secondaire pour qu'ils soient mieux outillés pour gérer leur argent. La Grande Table vient en aide aux familles et enfants dans le besoin tandis que la Fondation du Salésien aide notamment les parents des élèves financièrement démunis qui désirent fréquenter le Salésien.

« On espère vendre 500 bûches et amasser 4000 $. Notre mission, ça demeure d'amasser de l'argent pour les causes jeunesse. Il y en a plusieurs qui nous ont sollicités. Ce sont toutes des causes différentes, mais qui sont regroupées par une belle cohérence, soit les services aux jeunes. On a tendance à travailler chacun dans notre coin, mais de travailler ensemble, de ramasser de l'argent ensemble, ça fait de belles rencontres et de belles associations et on comprend de plus en plus les causes des autres », ajoute Julie Tremblay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer