Logement social: manifestations du FRAPRU dans plusieurs villes

Le FRAPRU prévoit des manifestations dans plusieurs villes du Québec, mardi,... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Montréal

Le FRAPRU prévoit des manifestations dans plusieurs villes du Québec, mardi, pour exprimer sa crainte de voir des milliers de ménages vivant dans des logements sociaux subir une importante augmentation de loyer.

En cette Journée canadienne de l'habitation, des manifestations auront donc lieu à Montréal, Québec, Gatineau, Shawinigan, Saguenay et Rimouski, notamment au bureau de circonscription du premier ministre fédéral Justin Trudeau à Montréal.

Le fond du problème est l'incertitude qui plane sur le versement des différentes subventions fédérales au logement social.

Dans certains cas, il s'agit d'une aide fédérale qui était prévue pour 35 ans et qui arrive à échéance. Au Québec, 10 000 ménages à faible revenu ont été concernés en 2015, a indiqué François Saillant, coordonnateur du FRAPRU (Front d'action populaire en réaménagement urbain), au cours d'une entrevue.

«Cette cadence-là va se maintenir (au fil des ans), de sorte qu'à terme, il n'y a plus un logement social existant qui va recevoir de l'argent du fédéral au Québec», craint M. Saillant.

Pour les coopératives d'habitation et les logements gérés par des OSBL (organisations sans but lucratif) qui reçoivent directement leur argent du fédéral, par le biais de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), les locataires risquent de se retrouver devant d'importantes augmentations de loyer lorsque l'aide fédérale prendra fin.

«Ça peut impliquer dans certains cas des augmentations de 200 $, 300 $, 400 $ par mois, selon la situation du ménage», si le fédéral se retire, explique M. Saillant.

Normalement, ce loyer est adapté au revenu du ménage, dans une proportion de 25 ou 30 pour cent de son revenu.

L'an dernier, pour éviter que ces gens se retrouvent soudainement dans une situation difficile, le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, a annoncé le prolongement des subventions pour deux ans, en y injectant 30 millions $ pour tout le Canada.

Mais «s'il ne prolonge pas ces décisions-là, les effets vont se faire sentir en 2018», craint M. Saillant.

Le FRAPRU a donc décidé de manifester dans plusieurs villes du Québec, mardi, pour accroître la pression à ce chapitre sur le gouvernement fédéral.

Du côté du gouvernement fédéral, on planche actuellement sur la future Stratégie nationale du logement, qui doit notamment aborder ces questions.

Le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos, doit d'ailleurs dévoiler mardi le résultat des consultations qui ont été menées à ce sujet.

Dans la documentation de préparation à cette stratégie canadienne, on expose justement cette problématique des subventions fédérales au logement social qui arriveront bientôt à échéance.

«Les subventions gouvernementales à long terme qui soutiennent nos logements sociaux arriveront à échéance d'ici 2038. Bon nombre de personnes et de familles à faible revenu qui vivent dans ces ensembles risquent donc de perdre le logement sûr et abordable qui était devenu leur chez-soi. Par ailleurs, il est possible de rendre le secteur canadien du logement abordable et social plus viable financièrement et moins dépendant des fonds publics», y écrit-on.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer