Un laboratoire virtuel pour tester les idées des inventeurs

À droite, le fondateur d'Imaginactive, Charles Bombardier, donne... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

À droite, le fondateur d'Imaginactive, Charles Bombardier, donne quelques instructions à un partipant qui essaie la technologie du laboratoire Imaginactive de l'UdeS.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Se déplacer dans une salle de montre virtuelle, découvrir différents types de véhicules... Le laboratoire virtuel Imaginactive, dévoilé vendredi à la faculté de génie de l'Université de Sherbrooke, offrira une multitude de possibilités aux inventeurs et aux entreprises qui souhaitent tester leurs idées.

Le laboratoire permet à des participants équipés de lunettes 3D de découvrir un monde virtuel grâce à des capteurs installés aux quatre coins d'une pièce. Ils peuvent par exemple découvrir des concepts créés par Imaginactive. À notre passage, avec les lunettes 3D, les participants pouvaient découvrir différents types de véhicules et choisir lequel ils voulaient voir de plus près.

Le laboratoire peut ainsi servir de bancs d'essai. À qui s'adresse-t-il?

« Toutes les entreprises qui ont une idée en tête et qui veulent tester leurs idées. Ça pourrait être un fabricant de produits d'aluminium qui fait des pontons ou des kayaks. Au lieu de dépenser 200 000 $ ou 300 000 $ en frais de développement, on peut facilement descendre ce coût-là à quelques milliers de dollars », répond le fondateur d'Imaginactive, Charles Bombardier, également étudiant au doctorat à la faculté de génie de l'UdeS.

Charles Bombardier s'est associé au fondateur de la Fabrique d'Holodeck, Yan Cyr, afin de développer cette technologie. Ce dernier souligne qu'elle peut servir dans une multitude de contextes, notamment en architecture.

« On est en train de changer la façon dont on développe les produits. On essaie de donner une valeur ajoutée au début du processus. On veut que les inventeurs, comme les inventeurs québécois, lorsqu'ils ont une idée, puissent la communiquer au public et voir s'il y a une demande pour ce produit-là (...) Si on pouvait avoir une idée, en quelques heures la partager et que les gens donnent du feedback, on pourrait immédiatement voir s'il y a du potentiel pour ce produit-là. On essaie de faire ça ici, de réduire le temps de cycle, de réduire les risques en donnant un outil », renchérit Charles Bombardier, dont le laboratoire est sous sa responsabilité.

Le petit-fils de Joseph-Armand Bombardier collabore avec différentes publications, dont Forbes France, ce qui lui permet de valider l'intérêt des internautes pour différents concepts. L'ajout de la réalité virtuelle s'inscrit dans son projet de recherche.

Le doyen de la faculté de génie, Patrik Doucet, indique que l'institution souhaite implanter d'autres laboratoires du genre ailleurs sur le campus, notamment au 3IT, dans le parc Innovation, de même que dans le futur studio de création de la faculté de génie, dont l'inauguration est attendue à l'automne 2018.

« De permettre à nos jeunes créateurs de pouvoir tester rapidement leurs idées auprès de clients potentiels leur permettra de les améliorer et de les commercialiser plus rapidement », souligne M. Doucet.

Charles Bombardier, qui a publié différents livres, évoque l'idée de développer un partenariat avec les écoles de la province, où ses publications pourraient être envoyées. Les élèves seraient invités à soumettre leurs meilleures idées. L'objectif serait d'emmener les enfants à s'intéresser à la science et aux technologies. Une collaboration pourrait aussi être établie avec le Musée de l'ingéniosité J.-Armand-Bombardier de Valcourt, souligne-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer