Le rêve avec Médecins sans frontières

À 31 ans, Dre Myriam Ouimet cumule déjà... (Photo fournie par MSF)

Agrandir

À 31 ans, Dre Myriam Ouimet cumule déjà plusieurs missions humanitaires. Ci-dessus, on la voit (à droite) dans un hôpital en République centrafricaine.

Photo fournie par MSF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) À 31 ans, Dre Myriam Ouimet réalise un rêve en se rendant aux quatre coins du globe avec Médecins sans frontières. Depuis cinq ans, la médecin de Cowansville est partie chaque année, pendant cinq à six mois. Son baptême avec MSF, elle l'a vécu en Irak, à la frontière de la Syrie, en allant prêter main-forte à des réfugiés.

Elle s'est rendue en Irak, au Soudan, au Pakistan et en Centrafrique.

« La première année, j'ai travaillé avec les réfugiés syriens, à la frontière de la Syrie. Les Nations unies montaient de grands camps de réfugiés », raconte-t-elle.

« Cette année, je rentre du Pakistan. Je travaillais à la frontière du Pakistan et de l'Afghanistan. À cet endroit, la frontière n'est pas tellement claire. »

Là-bas, elle a côtoyé un peuple qui vivait de façon traditionnelle.

« Avec tout ça, il n'y a pas beaucoup de soins de santé pour les femmes. Là-bas, on a un hôpital, une maternité, l'hôpital pour femmes de Peshawar. On s'occupe des femmes enceintes et des nouveau-nés. Dans la tradition, elles accouchent à la maison, mais parfois ça va moins bien. Ça peut être des jumeaux, une césarienne, et alors elles sont bienvenues pour accoucher à l'hôpital. »

« C'était un rêve depuis longtemps. Je n'imaginais pas où ça allait me mener, avec les femmes qui portent des habits brillants et multicolores dans les montagnes. On ne sait pas quelle forme ça prend, un rêve! Je ne m'imaginais pas me retrouver dans les montagnes, à boire du thé avec ces femmes-là... Ce n'est pas la première image qu'on a d'un voyage humanitaire. Finalement, c'était extraordinaire. »

Dans certains pays comme la Syrie et l'Afghanistan, des hôpitaux ont été la cible d'obus ou de tirs. Une situation décriée par la présidente internationale de MSF, Dre Joanne Liu. Le printemps dernier, le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution stipulant que le personnel, les installations médicales et les patients doivent être protégés.

Est-ce que le fait que les médecins semblent maintenant plus à risques dans certains endroits du globe influence la réflexion lors d'un départ à l'étranger?

« Oui, ça rentre en ligne de compte, mais pour plusieurs raisons. Nos confrères et nos consoeurs, les gens qui sont dans le besoin à cause d'un conflit ou d'une catastrophe naturelle, ont plus que jamais besoin de nous et besoin d'aide... Ce n'est pas parce qu'on a internet, les communications, plus de moyens de nos jours, qu'on a moins besoin d'aide. On se retrouve dans des situations de plus en plus complexes. Il y a encore des femmes, des enfants, de jeunes hommes qui ont besoin d'aide, et ça nous rappelle que ça vaut la peine d'aller les aider (...)

« Les besoins sont criants. Après, au niveau de la sécurité, ça donne un défi supplémentaire aux ONG. On doit être ingénieux et trouver de nouvelles solutions pour aller aider. Sur le plan de la sécurité, c'est une priorité pour MSF de garder ses équipes en sécurité. Si on envoie un Québécois à l'étranger et qu'on le met en danger, plus personne ne voudra partir (...) C'est la prémisse : avant tout, il faut garder nos équipes en sécurité. Si on ne se sent pas en sécurité, on préfère plier bagage pendant quelques jours ou quelques semaines et revenir. »

Dre Ouimet et sa collègue Dre Annie McNicoll seront à Sherbrooke, jeudi, pour une rencontre d'information de MSF, à 19 h 30 au centre communautaire de l'arrondissement de Jacques-Cartier.

« Chez MSF, on a besoin de toute sorte de monde. Ça prend une équipe : des médecins, des infirmiers, des administrateurs, des logisticiens. On a besoin d'une équipe variée pour réussir le projet. Tout le monde peut se sentir interpellé. Tout le monde peut participer, de tous les âges » commente-t-elle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer