Une décision attendue en 2017 pour les Terrasses du golf

Le différend opposant les résidents des Terrasses du... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Le différend opposant les résidents des Terrasses du golf au promoteur Michel Dutil pourrait connaître son dénouement au printemps 2017.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le différend opposant les résidents des Terrasses du golf au promoteur Michel Dutil pourrait connaître son dénouement au printemps 2017. La demande de déclaration judiciaire de la Ville de Sherbrooke et de M. Dutil sera entendue en Cour supérieure le 11 mai. Deux jours d'audience sont prévus.

Il aura donc fallu plus d'une année pour fixer une date qui permettra de faire la lumière sur cette mésentente. Michel Dutil souhaite construire deux immeubles de six étages, comptant 34 logements chacun, à côté des tours de 11 étages et de 45 condos déjà existantes aux Terrasses du golf.

Les propriétaires desdits condos se sont toutefois opposés à ce projet et ont plaidé pour que soit respecté le projet intégré initial, soit celui prévoyant au total quatre tours identiques de 11 étages.

Après des consultations où les visions des parties étaient irréconciliables, la Ville s'est rangée derrière l'interprétation des citoyens, alors que M. Dutil estimait que le projet d'ensemble n'était plus pertinent, 27 ans après le début de la construction sur le site convoité.

Les débats ont commencé en septembre 2014. Un an plus tard, le promoteur et la Ville ont convenu de demander à la Cour supérieure de trancher. Le président du comité exécutif, Serge Paquin, avait fait valoir que le propriétaire des terrains avait l'intention d'intenter un recours contre la Ville de Sherbrooke pour la forcer à lui délivrer un permis de construction. Les deux parties se sont finalement entendues pour adresser une demande commune à la Cour.

Au conseil municipal, la greffière Isabelle Sauvé avait expliqué que la déclaration judiciaire consiste en une requête conjointe entre le propriétaire et la Ville « dans laquelle nous faisons des admissions sur les faits et dans laquelle chaque partie fait valoir son point de vue. Les syndicats de copropriétaires sont mis en cause, c'est-à-dire qu'ils en sont avisés et qu'ils ont la possibilité d'intervenir au débat ».

Dans la dernière année, les citoyens concernés n'ont pas réduit leur vigilance, si bien qu'ils ont une fois de plus exprimé leurs inquiétudes lors des consultations publiques sur le nouveau projet de lotissement à la Ville de Sherbrooke.

« Aux Terrasses du golf, nous avons copié intégralement le règlement actuel puisqu'il y a des démarches devant la cour. Nous ne nous sommes pas permis de faire des changements », avait rassuré l'urbaniste Lise Dubord.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer