Déplacement d'élèves en vue à la CSRS

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke doit revoir... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke doit revoir les territoires d'appartenance de certaines écoles, dont celui de l'école des Aventuriers.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Des élèves des territoires des écoles primaires de la Maisonnée et des Aventuriers, dans les secteurs de Rock Forest et de St-Élie, fréquenteront la future école C à compter de la rentrée 2018.

C'est l'un des changements proposés dans les nouveaux scénarios de territoires d'appartenance de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS).

Dans ce cas-ci, les modifications proposées aux territoires s'appliqueront pour l'année scolaire 2018-2019.

Selon Carl Mercier, directeur général adjoint à l'administration, cela représente l'équivalent de neuf classes qui seraient déplacées, soit cinq à la Maisonnée et quatre à des Aventuriers, pour un total d'environ 220 élèves.

L'école La Maisonnée se trouve déjà en situation de débordement. Idem à l'école des Aventuriers, qui a été inaugurée à la rentrée 2015. Des élèves ont déjà été déplacés faute d'espace, respectivement vers la nouvelle école du Boisé-Fabi, et vers Alfred-Desrochers.

Avec la construction de la nouvelle école, la CSRS devait revoir les territoires d'appartenance des écoles afin d'en créer un pour l'école C. Les territoires servent à désigner quel élève fréquentent quelle école.

L'école C sera érigée dans le prolongement de la rue Matisse, dans le secteur de Rock Forest. La CSRS a obtenu le feu vert pour la construction du nouvel établissement de 14 classes. La construction a été repoussée à l'été 2017 puisque les travaux se feront parallèlement au prolongement du boulevard René-Lévesque.

Certaines écoles sont aussi à l'étroit, et la commission scolaire devait remanier ses cartes également pour cette raison, rappelle le président de la CSRS, Gilles Normand. La CSRS s'attend à 1130 élèves de plus dans ses écoles primaires au cours des cinq prochaines années.

À l'école Eymard, le manque d'espace se fait déjà sentir. L'équivalent de deux classes seraient déplacées vers Pie-X-de-l'Assomption en prévision de 2017.

Finalement, des élèves qui auraient fréquenté l'école Champlain seront redirigés vers St-Esprit.

Les familles concernées sont celles qui s'établiront dans le secteur de la rue Imelda-Lefebvre, dans un nouveau développement domiciliaire. « Les nouveaux propriétaires vont aller à l'école St-Esprit », précise Carl Mercier. Environ 30 élèves potentiels seraient concernés.

Ces changements seront en vigueur pour l'année scolaire 2017-2018.

Séances de consultation

Une séance de consultation est prévue le 30 novembre à 19 h à St-Esprit pour les modifications concernant St-Esprit et Champlain. Une autre est prévue le 1er décembre à 19 h à l'école Pie-X-de-l'Assomption, pour le déplacement d'élèves de l'école Eymard vers cette école. Une rencontre aura aussi lieu le 5 décembre à 19 h à l'école des Aventuriers pour les modifications touchant des Aventuriers et la Maisonnée.

La CSRS publiera sur son site les scénarios proposés. Des mémoires pourront lui être envoyés. Les parents concernés recevront une lettre. Les scénarios seront adoptés le 17 janvier.

La CSRS enregistre un déficit

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a enregistré un déficit d'environ 3,5 M $ au 30 juin 2016, selon ses derniers états financiers. L'organisation ne sait pas encore, à ce moment-ci, si elle devra composer avec un plan de redressement imposé par Québec.

En raison des compressions qu'elle a dû faire, l'organisation s'attendait à un déficit d'environ 2,2 M $, mais elle arrive plutôt à 3,5 M $, une somme qualifiée de « mauvaise surprise ».

« Il y a une charge supplémentaire pour une réserve d'avantages sociaux. Il y en a chaque année, mais cette année, le montant est gros. Ce n'est pas habituel d'avoir un montant élevé comme ça parce que ça varie quand même beaucoup », explique le président de la CSRS, Gilles Normand.

« On dit que c'est une mauvaise surprise, mais dans le fond on avait prévu pour 2,2 M $ de déficit », précise M. Normand, en faisant allusion à un cumul de coupes budgétaires. Si ce scénario s'était concrétisé, la CSRS aurait alors parlé « d'équilibre ».

« À la même date l'an passé, pour la même chose, on nous avait remis 100 000 $. Cette année, il faut verser presque 1,8 M $ dans les provisions pour les avantages sociaux. C'est presque 1,9 M $ de différence avec l'année d'avant », note le directeur général de la CSRS, André Lamarche.

Ces réserves sont liées aux PCGR, les principes comptables généralement reconnus, dont le calcul est refait chaque année.

Théoriquement, la CSRS pourrait devoir faire face à un plan de redressement.

« Ce n'est pas automatique, souligne André Lamarche. On va attendre la réaction de Québec. Cet argent-là est provisionné. Je suis préoccupé, car il pourrait y avoir un plan de redressement. Avec les 15 millions de dollars de coupes au cours des dernières années, au moindre écart, ça fait ça. »

Rappelons qu'à la suite d'un budget déficitaire de 3 M $ adopté en 2014, la commission scolaire avait dû adopter un plan de redressement de 3 M $. L'organisation a d'abord récupéré 1,8 Mw $ en 2014-2015, et elle avait jusqu'en 2016-2017 pour récupérer la somme restante, soit 1,2 M $. La CSRS gère un budget d'environ 240 M $.

Hausse importante des élèves

Par ailleurs, la CSRS a enregistré une hausse importante de son nombre d'élèves lors de la dernière rentrée scolaire, avec près de 600 élèves de plus de tous les niveaux.

« Dans les prochaines années, on va croître encore », note André Lamarche.

Cette hausse s'explique notamment par la démographie et l'arrivée d'élèves immigrants. Environ 40 employés ont dû être embauchés.

La CSRS a d'ailleurs ouvert 15 classes d'accueil depuis le début de l'année scolaire.

L'organisation a connu une année record au chapitre de l'accueil d'élèves immigrants lors de la dernière année scolaire; les nouveaux arrivants provenant de l'étranger n'avaient jamais été si nombreux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer