Une mère rend hommage à JEVI

L'organisme JEVI, Centre de prévention du suicide, fête... (Spectre Média, Maxime Picard)

Agrandir

L'organisme JEVI, Centre de prévention du suicide, fête ses 30 ans de fondation. Mylène Ouellette, représentante de la ministre et députée Marie-Claude Bibeau, Gilles Beaucage, président d'honneur, Claude Thibault, cofondateur, Gina Bergeron, utilisatrice des services, Tania Boilar, coordonnatrice clinique, et Yan Perreault, président, ont souligné l'anniversaire.

Spectre Média, Maxime Picard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Chaque année depuis le milieu des années 2000, Gina Bergeron voit venir la date du 19 novembre avec appréhension. « C'est à cette date en 2004 que mon fils Mathieu est passé à l'acte. Il avait 14 ans. Le pire moment de ma vie... »

« Il y avait eu des signes avant-coureurs, mais jamais que nous avions vu venir le coup », lance-t-elle.

Dans le cadre du 30e anniversaire de fondation de JEVI, Mme Bergeron était invitée mardi à témoigner de sa triste expérience après le suicide son fils. Elle confirme, entre autres, le professionnalisme de l'équipe de l'organisme de prévention du suicide.

« Même si le geste de Mathieu a été posé un vendredi et bien le samedi matin, JEVI était à l'oeuvre dans ma maison, dans mon sous-sol, avec tous les enfants et les adolescents qui ont bien voulu participer, à brûle-pourpoint, à une rencontre avec une intervenante de JEVI », raconte-t-elle en essuyant ses larmes.

« Tout de suite après les funérailles de Mathieu, j'ai reçu un appel de JEVI. On me proposait une rencontre individuelle pour aider au deuil. Je ne savais pas qu'il y avait des services offerts pour les proches des personnes qui sont passées à l'acte. Aujourd'hui, j'ai appris à vivre avec le geste de Mathieu, je suis en paix avec moi-même. Je suis ici pour remercier les gens de JEVI. J'ai adopté cette cause. »

C'est en mars 1986 que le centre de prévention du suicide en Estrie a été fondé par Claude Thibault, Georgette Sylvain et d'autres collègues et amis de l'époque.

Comme le souligne M. Thibault, il a fallu deux ans de travail et de préparation pour lancer les activités de JEVI, en réponse à une forte progression du suicide dans la région. « En remontant l'histoire des 30 ans de l'organisme, je réalise plus que jamais que la prévention du suicide, c'est d'abord une question de vie. La personne suicidaire ne veut pas mourir, mais souhaite arrêter de souffrir. »

« Aujourd'hui, on entend souvent parler de culture de l'intimidation, du viol, de la mort... Je veux qu'on parle davantage de culture de la vie dans notre société. »

Encore en Estrie, c'est près d'une personne par semaine qui s'enlève la vie. Et pour chacun de ces suicides, au moins dix personnes sont frappées de plein fouet par l'onde de choc créée par ces décès.

Déficit de 100 000 $

Selon Tania Boilar, coordonnatrice clinique à JEVI, l'organisme fait face depuis plusieurs années à une fulgurante augmentation de l'achalandage sur la ligne d'intervention téléphonique. « Nous avons vécu une augmentation de 142 pour cent en cinq ans, passant ainsi de 4733 interventions téléphoniques en 2011-2012 à 11 438 en 2015-2016. »

« L'achalandage a augmenté, mais malheureusement, notre financement est resté le même. Nous devons donc répondre à tous ces appels, tout en respectant nos standards de qualités avec exactement le même nombre d'intervenants qu'auparavant. Nous avons dû faire des choix déchirants... Réorganiser et couper certains services d'intervention. »

L'organisme a dû revoir ses budgets, adressé des demandes d'aide financière, etc. « Nous restons tout de même avec un déficit anticipé de 100 000 $ pour cette année », mentionne Me Yan Perreault, président du CA de JEVI.

« 100 000 $, c'est trois intervenants et, trois intervenants, c'est la moitié de l'équipe d'intervention actuelle... », ajoute Mme Boilar.

JEVI tiendra une soirée reconnaissance le 25 novembre pour rendre hommage à tous ceux qui ont fait que, depuis 30 ans, la prévention du suicide s'actualise en Estrie.

L'homme d'affaires Gilles Beaucage a accepté le poste de président d'honneur du 30e anniversaire. « Avec ses interventions, JEVI a permis de sauver la vie de plusieurs personnes au cours de toutes ces années », dit-il.

« Je tiens à féliciter tous les intervenants, formateurs et administrateurs qui, depuis 30 ans, travaillent sans relâche au sein de ce bel organisme qui fait du bien tous les jours, toutes les semaines, tous les mois, tous les ans. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer