Le centre femme-jeunesse-famille passe à la 2e étape

Le ministre de la Santé et des Services... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a annoncé que le pavillon Enfant Soleil franchit maintenant une nouvelle étape.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Maintes fois annoncé, le pavillon Enfant Soleil, mieux connu sous le nom de centre femme-jeunesse-famille (CFJF), franchit une nouvelle étape. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, a annoncé lundi que le CIUSSS de l'Estrie-CHUS a reçu l'autorisation d'élaborer le plan d'affaires, une étape préalable avant celle de l'appel d'offres. La première pelletée de terre devrait avoir lieu en 2018.

Le projet aujourd'hui évalué à 198 M $, qui a émergé en 2002, est attendu depuis longtemps par la direction et le personnel du CHUS. Il a d'ailleurs fait l'objet de plusieurs annonces au fil des ans par les gouvernements péquiste et libéral. Le ministre Barrette a réitéré son engagement envers ce projet en juillet 2015.

Le projet prévoit la construction d'un nouveau bâtiment qui permettra d'ajouter quelque 26 428 mètres carrés en superficie.

Les travaux auront lieu à l'hôpital Fleurimont du CHUS, plus précisément sur le stationnement public accolé à l'aile 6. Il sera adjacent à l'entrée de l'urgence actuelle.

Il permettra de doter l'hôpital d'une nouvelle urgence, en plus de regrouper les soins pédiatriques, la pédopsychiatrie, la maternité et la néonatalogie.

Lors du point de presse, les représentants ont surtout utilisé le terme « centre mère-enfant » et « nouvelle urgence ».

Le directeur général adjoint aux programmes de santé physique généraux et spécialisés au CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay, souligne que le pavillon Enfant Soleil permettra de désigner la portion qui servira à abriter les activités mère-enfant.

« Aujourd'hui c'est l'annonce du passage de la première étape à la deuxième étape, la deuxième étape étant celle du dossier d'affaires, pour définir dans les détails le concept », a résumé le ministre Barrette aux médias, qui ont annoncé à plusieurs reprises la concrétisation du projet au fil des ans.

L'appel d'offres devrait être lancé en 2017.

« J'annonce donc par le fait même qu'on dégage 9 M $ pour passer à l'embauche des professionnels », a-t-il souligné.

Augmentation des besoins

Interrogé sur le choix de ce projet par le MSSS, M. Barrette a cité l'augmentation des besoins.

« Vous êtes dans une région qui continue à croître. Je vous donne un exemple : l'hôpital de jour, en pédopsychiatrie, ça a augmenté dans les cinq dernières années de 170 %, vos cliniques externes, en pédopsychiatrie, de 66 % », a énuméré le ministre.

Les nouveaux espaces permettront entre autres d'ajouter 18 chambres de maternité, six lits aux soins intensifs en néonatalogie, une salle additionnelle au bloc pour les césariennes et six places pour les adolescents à l'hôpital de jour en pédopsychiatrie.

L'annonce s'est faite en présence du ministre de la Culture, Luc Fortin, également député de Sherbrooke, et du député de Saint-François, Guy Hardy.

« En 2018, il y aura une première pelletée de terre et vous serez dans la poussière », a assuré le ministre.

Le nouvel édifice doit permettre de « trouver une solution » à l'engorgement des urgences, et de répondre à l'augmentation soutenue du nombre de naissances et des demandes en pédopsychiatrie.

Avec la nouvelle construction qui sera liée à l'établissement par des passerelles, le CHUS sera forcé de retrancher un stationnement.

« On aura à récupérer un stationnement, et on le rebâtira un peu plus loin », a précisé Patricia Gauthier, la présidente et directrice générale du CIUSSS de l'Estrie - CHUS.

« On a aussi un stationnement sous-terrain qui s'en vient », a-t-elle mentionné. « On aura 6 M $ à investir en autofinancement. » Cette somme fait partie des coûts globaux du projet.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux investira 179,6 M $. Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS et la Fondation du CHUS contribueront à la hauteur de 6,3 M $ et de 12 M $.

Opération Enfant Soleil est un partenaire important de ce projet.

En résumé

2002 : Naissance du projet appelé centre femme-jeunesse-famille

2008 : Le premier ministre Jean Charest annonce une « première étape décisive pour la concrétisation du centre femme-jeunesse-famille », avec le réaménagement des espaces à l'hôpital Fleurimont du CHUS

2011 : Opération Enfant Soleil interpelle le ministre de la Santé Yves Bolduc, pour que le projet se concrétise

2013 : Le CHUS a le feu vert du gouvernement Marois; le ministre de la Santé Réjean Hébert en fait l'annonce

2014 : À la suite d'une aide financière d'Opération Enfant Soleil, on apprend que le projet portera le nom de pavillon Enfant Soleil.

2014 : On apprend que le projet, alors attendu pour 2017, ne figure pas au Plan québécois des infrastructures (PQI) 2014-2024.

2015 : Le projet est de retour dans la liste des dossiers prioritaires du gouvernement du Québec, soit le PQI 2015-2025.

2015 : Le ministre de la Santé Gaétan Barrette réitère la concrétisation du projet (étape du dossier d'opportunité).

2016 : Le CIUSSS de l'Estrie-CHUS reçoit l'autorisation d'élaborer le plan d'affaires, une étape préalable avant celle de l'appel d'offres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer