Québec est au courant de la liste d'attente au CIVAS-Estrie

Le ministère de la Sécurité publique du Québec... (123RF)

Agrandir

Le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP) demeure bien au fait de la liste d'attente de trois ans avant d'obtenir des services à CIVAS-Estrie.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSP) demeure bien au fait de la liste d'attente de trois ans avant d'obtenir des services à CIVAS-Estrie.

Le MSP confirme que la direction des services correctionnels professionnels de l'Estrie a rapidement informé ses partenaires judiciaires, soit la magistrature et le directeur aux poursuites criminelles et pénales (DPCP), de la situation.

Le Centre d'intervention en violence et agressions sexuelles de l'Estrie (CIVAS-Estrie) est la seule ressource en région à offrir le service de traitement spécialisé concernant les délinquants sexuels. La liste d'attente de CIVAS-Estrie est bloquée à 35 patients. La thérapie de 20 mois donnée par deux intervenants et une directrice clinique permet d'aider 21 personnes à la fois.

La directrice du CIVAS-Estrie Sara Martinet avait affirmé que des situations pouvaient aussi entraîner certaines problématiques pour des personnes qui sont condamnées par le système judiciaire à suivre une thérapie au CIVAS-Estrie.

«Des discussions ont lieu entre les partenaires correctionnels et ceux du ministère de la Santé, de qui relève le traitement de la déviance sexuelle, dans le but de trouver des solutions à cette problématique. Comme pour toute autre condition imposée par la Cour, le tribunal est informé si la personne n'est pas en mesure de se conformer à l'obligation de suivre une thérapie pour agresseur sexuel», explique la porte-parole du MSP, Alexandra Paré.

Le MSP mentionne aussi « que les personnes contrevenantes sont dirigées vers d'autres ressources appropriées, et ce, en tenant compte de leurs besoins en matière d'intervention thérapeutique et de leurs capacités financières et de déplacement. Elles sont également référées vers le réseau de la Santé et des Services sociaux pour travailler sur certaines difficultés connexes à leur problématique d'ordre sexuel».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer