Aéroport : un enjeu à «plus long terme» pour Bibeau

Marie-Claude Bibeau a dressé jeudi le bilan de... (Spectre Média, Marie-Lou Béland)

Agrandir

Marie-Claude Bibeau a dressé jeudi le bilan de sa première année en tant que députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie.

Spectre Média, Marie-Lou Béland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Alain Goupil</p>
Alain Goupil
La Tribune

(Sherbrooke) Considérée comme « un enjeu prioritaire » durant les élections fédérales, la désignation de l'aéroport de Sherbrooke fait maintenant partie des dossiers à « plus long terme », a reconnu jeudi Marie-Claude Bibeau, au moment de dresser le bilan de sa première année au pouvoir en tant que députée de Compton-Stanstead et ministre du Développement international et de la Francophonie au sein du gouvernement Trudeau.

Outre l'aéroport, Mme Bibeau dit travailler de façon soutenue sur cinq autres dossiers régionaux, à savoir les producteurs laitiers, l'Observatoire du mont Mégantic, l'avenir des deux manèges militaires de Sherbrooke, la sécurité ferroviaire et la qualité de l'eau des lacs.

Au sujet de l'aéroport, Mme Bibeau a indiqué que sa désignation au même titre que 89 autres aéroports régionaux du pays fait toujours partie de son Plan A, mais que son obtention par le ministère des Transports ne se fera pas à court terme.

« C'est, comme on dit en bon français, un ''long shot'', a indiqué Mme Bibeau. Le dossier est actif et les discussions avec le ministre (Marc) Garneau se maintiennent, mais c'est un petit peu plus à long terme », a-t-elle reconnu, en rappelant que l'aéroport pourrait se tourner vers un Plan B d'ici à ce que le ministère des Transports statue sur sa désignation.

« Ce qu'on sait, c'est que le Plan B, qui est le mécanisme de recouvrement des coûts, est toujours accessible, a-t-elle rappelé. Même si cela représente des coûts importants, le mécanisme pourrait servir de façon transitoire », ce qui permettrait à la Ville de Sherbrooke de conclure ses négociations avec un éventuel transporteur aérien, a suggéré Mme Bibeau.

En ce qui concerne les craintes des producteurs laitiers face à l'importation de lait diafiltré et à l'Accord de libre-échange Canada-Europe, Mme Bibeau a indiqué que son collège de l'Agriculture allait dévoiler « très, très bientôt » les mécanismes d'aide à la transition prévus dans l'accord et qui seront offerts aux producteurs laitiers.

Prolongé jusqu'en mars 2017, le financement à long terme de l'Observatoire du mont Mégantic fait toujours l'objet de discussions au sein du ministère de la Science et de la Technologie. « Tout n'est pas encore attaché, a indiqué Mme Bibeau, mais comme l'échéance arrive à grands pas, c'est un dossier sur lequel j'appuie très, très fort », a-t-elle dit.

Bien qu'aucune décision n'ait encore été prise quant à l'avenir des deux manèges militaires sherbrookois, Mme Bibeau a rappelé que le ministère de la Défense nationale tiendra compte du niveau de recrutement des unités de réserve lorsque viendra le temps de trancher en faveur du maintien ou de la fermeture d'un des deux établissements.

Concernant la présence de trains dans le secteur Deauville, Mme Bibeau estime que le rôle du gouvernement en est un de « facilitateur » entre la Ville de Sherbrooke et le transporteur ferroviaire. 

Pour ce qui est de la qualité de l'eau des lacs, la députée de Compton-Stanstead a rappelé qu'au fédéral, la responsabilité en cette matière relève non pas du ministère de l'Environnement, mais du ministère des Transports et qu'une rencontre entre les fonctionnaires de ces deux ministères est prévue à ce sujet au mois de décembre afin de trouver des solutions durables aux problèmes soulevés par de nombreux riverains.

Bibeau s'en tient aux relations bilatérales

Marie-Claude Bibeau s'en est tenue à « la ligne de presse » formulée par son chef lorsqu'est venue le temps de commenter l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis.

Interrogée sur la façon dont elle avait accueilli la victoire de M. Trump sur son adversaire démocrate Hillary Clinton, Mme Bibeau n'a pas voulu s'avancer sur le caractère et les propos controversés du milliardaire américain. À l'instar de son chef, elle s'en est tenue au résultat du scrutin.

«Les Américains ont choisi leur nouveau président élu, a-t-elle répondu. Comme le disait M. Trudeau, ça va nous faire plaisir de travailler avec (lui).

 «Ils ont eu une première conversation téléphonique, continue-t-elle. Je sais que M. Trudeau est une personne avec qui il est agréable de travailler. J'ai confiance que ça va bien se passer.

 « Notre ministre du Commerce international (Chrystia Freeland) est aussi une femme forte qui a l'art et la manière de discuter et de négocier. Sans compter le ministre des Affaires étrangères, M. (Stéphane) Dion qui a toute cette rigueur intellectuelle. On a toute une équipe très solide, très bien en selle, pour continuer une belle relation avec les États-Unis, dans le meilleur intérêt des Canadiens», a également fait valoir la ministre du Développement international et de la Francophonie et députée de Compton-Stanstead.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer