Élection de Trump: un choc complet au Cégep

Une soixantaine d'étudiants et d'enseignants ont suivi avec... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Une soixantaine d'étudiants et d'enseignants ont suivi avec intérêt, mardi soir, les résultats des élections présidentielles au Cégep de Sherbrooke.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Le choc était complet pour les enseignants et les étudiants réunis au Cégep de Sherbrooke pour suivre les résultats des élections américaines. Un sentiment que partagent assurément plusieurs Mexicains, femmes, sans papiers, investisseurs, défenseurs de l'ALENA. Et autres citoyens du monde qui ne croyaient pas cette situation possible.

« Les républicains vont conserver les deux chambres. Trump aura la voie libre pour faire ce qu'il veut. La colère des Blancs américains s'est manifestée. Et les femmes blanches n'ont pas voté contre Trump. Le vote blanc serait à environ 70 % pour Trump. C'est presqu'un vote ethnique. Le jeu du directeur du FBI a eu un effet certain », a noté, à minuit, Gilles Vandal, professeur émérite de l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke à qui La Tribune avait demandé d'émettre un bref commentaire, une fois l'heure, au cours de la soirée.

Au Cégep, une soixantaine d'étudiants et d'enseignants étaient regroupés dans une atmosphère festive. En début de soirée. Le niveau de crainte et de consternation a évolué au cours des heures qui ont suivi.

« Merci d'être venu vivre avec nous une soirée historique, peu importe le dénouement. Car si Clinton est élue, elle sera la première femme à accéder à la présidence. Et si c'est Trump, il sera la première personne avec zéro expérience politique élue à la présidence », a lancé Julien Lachapelle, enseignant en philosophie au Cégep de Sherbrooke, qui a présenté en début de soirée un court cv des deux candidats présidentiels « les plus détestés de l'Histoire ».

20 h 20

Clinton, 44 grands électeurs. Trump, 51. Le suspense. « Les premiers résultats sont en faveur de Trump. Mais il ne faut pas trop s'y fier, parce qu'ils proviennent d'États plus ruraux. Comme prévu, l'élection se jouera en Floride ou les résultats sont serrés en ce moment. Par ailleurs, Mme Clinton a pris l'avantage en Caroline du Nord. Si la tendance se maintient, cela sera une soirée en faveur de Mme Clinton. Car Trump a absolument besoin de gagner la Floride et la Caroline du Nord. Or, Mme Clinton performe mieux que Obama en 2012 dans ces deux États », commente le professeur Vandal.

Sabrina Dupéré, étudiante à la maîtrise en politique appliquée à l'Université de Sherbrooke, a aussi pris la parole devant les étudiants réunis au Cécep pour expliquer le système électoral américain aux étudiants, qui pour la grande majorité n'ont pas l'âge de voter.

21 h

Clinton, 97 grands électeurs. Trump, 121. Le suspense se poursuit, la confiance en Clinton demeure. « Présentement, Mme Clinton traine de l'arrière par 100 000 voix en Floride, mais les bulletins à venir sont concentrés dans les trois comtés du sud, près de Miami, qui sont en grande partie démocrates. Tout dépend de la marge de votes que Mme Clinton obtiendra du million de voix restant. J'ai confiance que Mme Clinton devrait l'emporter par 1 ou 2 % comme les sondages l'indiquaient. Pour la Caroline du Nord, il est encore tôt, mais la victoire est fort possible. C'est un État où les démocrates ont investi beaucoup. Par contre, la surprise à l'heure actuelle est en Virginie. Je demeure confiant, mais les résultats montrent que cela sera une élection serrée », souligne M. Vandal.

Vers 21 h 25, les étudiants surveillaient les résultats de la Floride, de la Caroline du Nord et de l'Ohio.

22 h.

Clinton, 104 grands électeurs. Trump, 137. Inquiétudes « L'enthousiasme se manifeste dans le camp Trump. Un chemin vers la victoire se dessine pour lui. Vers le Michigan et peut-être le Wisconsin. La percée en Ohio était attendue comme celle en Iowa, mais il est encore trop tôt. L'élection est serrée partout.

« La Floride n'est toujours pas décidée, mais Trump a de fortes chances. Les votes du sud ne sont pas manifestés pour les démocrates. Les sondages se sont trompés légèrement. Partout Trump est compétitif. Les sondeurs et spécialistes n'avaient pas vu venir la situation. La bourse est en train de plonger, un signe que cela va mal.

« Le camp Clinton est subjugué. La situation n'est pas encore décidée en Caroline du Nord, mais difficile pour Clinton », observe M. Vandal.

Trump remporte l'Ohio, État baromètre.

23 h

Clinton, 131 grands électeurs. Trump, 197. Grand stress. « La situation est toujours très serrée en Floride et en Caroline du Nord. Plusieurs États vont se décider par quelques milliers de voix. Michigan, Wisconsin, Caroline du Nord, New Hampshire. Cela fait penser à l'élection de 2000. C'est stressant », soutient M. Vandal.

Applaudissements et cris de joie lorsque le vote de la Californie est compilé, donnant une avance de courte durée à Clinton.

23 h 12

Consternation. « CNN vient d'annoncer que Trump emporte la Caroline du Nord. La Floride semble presque impossible pour Clinton, à moins d'un miracle. Clinton est en forte difficulté au Michigan, New Hampshire et Wisconsin », s'inquiète M. Vandal.

La victoire de Trump est pratiquement acquise. Au Cégep, un extrait du film Le Dictateur de Charlie Chaplin est présenté sur grand écran.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer