Eau potable : Québec refuse plusieurs projets municipaux

La Ville de Windsor planche sur un important... (Archives, La Tribune)

Agrandir

La Ville de Windsor planche sur un important projet de mise aux normes de son usine de filtration évalué à plus de 7,5 millions $, mais craint de devoir assumer une plus grande part de la facture.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Plusieurs municipalités du Val-Saint-François ont vu leurs projets soumis au Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU) être refusés. Des élus et des directeurs généraux se rendront à Québec, jeudi, afin d'obtenir des précisions auprès du Ministère. La nouvelle pourrait avoir des impacts financiers pour les contribuables.

À Windsor, cette nouvelle pourrait retarder l'agrandissement et la mise aux normes de l'usine de filtration. Les impacts pourraient aussi se faire sentir sur la facture des citoyens de Windsor et de Val-Joli notamment.

Windsor planche sur un important projet de mise aux normes de l'usine, évalué à plus de 7,5 M $, et espérait qu'il soit terminé à l'automne 2017.

Il devait régler la problématique des trihalométanes, un groupe de « substances chimiques formées lorsque le chlore réagit avec la matière organique d'origine naturelle ».

« On nous a signifié il y a trois semaines que notre document d'appel d'offres était conforme. On s'apprêtait à aller en appel d'offres pour les services professionnels. On est un peu surpris d'apprendre que dans un laps de temps si court, on n'était pas accepté », commente le directeur général de la Ville de Windsor, Carlo Fleury.

La municipalité pourrait se tourner vers un autre programme, appelé PRIMEAU, mais il est moins avantageux, l'aide financière étant d'environ 50 %.

Avec le FEPTEU, un nouveau programme consacré aux infrastructures, les municipalités pouvaient espérer jusqu'à 83 % d'aide financière.

« Si on décide d'aller de l'avant parce qu'on n'a plus de temps à perdre avec les autres programmes qui pourraient voir le jour, la Ville de Windsor aurait à assumer 50 % de la facture (...) comparativement au 83 % du programme FEPTEU. Pour les citoyens de Windsor, c'est une différence de 2 M $. »

La Ville devra donc voir si elle se tourne vers PRIMEAU ou si elle se donne un délai. Elle pourrait espérer une deuxième ronde de financement du FEPTEU, sans être certaine d'obtenir le financement.

« On a besoin de ce projet-là. Val-Joli en a aussi besoin parce que la municipalité a un projet de prolongement de son réseau pour alimenter des résidences dont les puits sont contaminés (dans le secteur du rang 10 et de la 249, voir autre texte en page 8). Pour Val-Joli, il y a un double impact du fait que notre projet ne soit pas autorisé, parce que plus ça va nous coûter cher, plus l'impact sur la tarification sur l'eau potable va subir les contrecoups. »

« Actuellement, la tarification pour le résidentiel est de 190 $, illustre M. Fleury en soulignant qu'il s'agit d'un ordre de grandeur. Si on devait financer 50 % du projet, il faudrait rajouter au minimum 150 $ à ce tarif. »

Ce tarif concerne les Windsorois et des citoyens de Val-Joli desservis par Windsor.

« Les gens qui attendent l'eau potable à Val-Joli parce que l'eau est contaminée souhaitent que Windsor réalise son projet pour qu'on puisse les desservir. »

Richmond et Sherbrooke

Le directeur général de Richmond, Rémi-Mario Mayette, prévoit également se rendre à Québec. La municipalité a déposé un projet de l'ordre de 800 000 $ visant à financer le raccordement d'un puits d'eau potable, mais il a été refusé.

La Ville de Sherbrooke, qui a soumis une demande au FEPTEU pour une série de projets estimés à 13,7 M $, est toujours en attente.

Sur son site internet, le ministère des Affaires municipales et Occupation du territoire du Québec (MAMOT) indique « qu'en raison du nombre important de demandes transmises au Ministère, la création de nouvelles demandes relatives au programme FEPTEU est suspendue ».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer