Val-Joli : trop d'arsenic dans l'eau potable

Même si les experts n'ont pu établir que... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Même si les experts n'ont pu établir que la présence élevée d'arsenic et de manganèse dans l'eau des puits était liée à son ancien site d'enfouissement, la compagnie Domtar a pris en charge le dossier.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Des citoyens de Val-Joli doivent être desservis par le réseau d'aqueduc de Windsor en raison d'un taux trop élevé d'arsenic et de manganèse dans l'eau potable de leur puits.

Les résidences du secteur St-Gabriel se trouvent en bordure ou à proximité d'un ancien site d'enfouissement de la compagnie Domtar, qui a accepté d'assumer les coûts de raccordement et les coûts liés aux tests qui doivent être effectués.

Trois résidences de la rue du Rocher ont été branchées au réseau d'aqueduc windsorois à compter de 2014, et une quatrième doit l'être dans les prochaines semaines.

« On a accepté de les desservir », précise le directeur général de la Ville de Windsor, Carlo Fleury. « On avait la chance d'avoir une conduite principale qui passait à la limite de ces terrains-là. » Il souligne que Domtar a payé la facture des travaux et des tests. « L'entreprise a décidé de prendre en charge le dossier. »

Près d'une dizaine de résidences du secteur ont dû faire l'installation d'appareils de filtration.

La problématique a été soulevée lorsque des citoyens ont fait construire leur maison et que la couleur de leur eau semblait anormale.

Directeur général de l'usine de Windsor chez Domtar, Éric Ashby note que l'arsenic et le manganèse se retrouvent naturellement dans l'environnement, mais que les taux dépassaient les normes. « La question qui tue, c'est : est-ce que ça vient du site d'enfouissement? On ne le sait pas. »

Selon lui, les experts n'ont pu établir si ces taux s'expliquaient par la présence du site d'enfouissement fermé en 1993. Ce dernier a notamment accueilli de la boue de chaux et des écorces de bois dans le passé.

« On continue de faire de l'échantillonnage deux fois par année », précise Providence Cloutier, conseillère principale aux communications à l'usine de Windsor de Domtar. Ces tests sont menés dans le secteur des rues du Rocher, Thomas O'Donnell et de la Falaise.

Il s'agit d'un deuxième secteur de Val-Joli où la petite municipalité doit composer avec des problèmes d'eau. Certains de ses citoyens doivent composer avec cette problématique depuis 2012. Du benzène a notamment été retrouvé dans des puits d'eau potable de citoyens dans le secteur St-Zachary. Dans ce cas-ci, le terrain d'une ancienne station-service située à l'angle de la route 249 et du rang 10 a été identifié comme étant la source du problème.

Val-Joli souhaitait d'ailleurs prolonger l'aqueduc pour ce secteur, mais le projet de l'ordre de 1,4 M $ n'a pas été sélectionné au Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées (FEPTEU). Le fait que le projet d'agrandissement et de mise aux normes de l'usine de filtration de la Ville de Windsor n'ait pas été retenu non plus pourrait aussi avoir des impacts sur Val-Joli (voir autre texte).

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer