Les groupes communautaires ne passent pas inaperçus

Des dizaines de personnes ont pris part mardi... (Spectre Média, Frédéric Côté)

Agrandir

Des dizaines de personnes ont pris part mardi midi à un rassemblement sur le site du Carrefour de solidarité internationale, sur la Moore au centre-ville de Sherbrooke.

Spectre Média, Frédéric Côté

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) Comme promis, les groupes communautaires se sont mobilisés et ne sont pas passés inaperçus, mardi matin, début d'une journée de mobilisation.

Dès 7 h 30, des militants réclamant un meilleur financement des programmes sociaux ont pris d'assaut des coins de rue à Sherbrooke. Dans leur activité de visibilité, ils ont distribué des tracts expliquant leur démarche.

Pendant ce temps, des groupes sociaux et communautaires faisaient de même dans les localités estriennes. « Il y a environ 150 groupes qui ont participé », se félicite Claudelle Cyr, du Regroupement des organismes communautaires (ROC) de l'Estrie.

« Nous avions des activités de mobilisation à Sherbrooke et en Estrie comme c'était prévu. »

Chaines humaines, simulation de procès et spectacle étaient au programme, ajoute Lucie Lefebvre, de la Chaudronnée de l'Estrie.

Ce mouvement emboitait le pas à celui lancé ailleurs au Québec pour réclamer un réinvestissement en santé et services sociaux.

Mardi midi, des dizaines de personnes se sont rassemblées pour souligner cette journée qui marque un blitz de débrayage en tout ou partiel dans les organismes communautaires de la région.

Un peu avant midi, après les discours d'usage, les manifestants ont partagé un repas sur le site du Carrefour de solidarité internationale, sur la Moore au centre-ville de Sherbrooke, le tout sous un soleil radieux de début novembre.

En après-midi, on avait prévu rendre visite aux députés de la région de Sherbrooke pour leur signifier la volonté de faire changer les choses.

Pallier le désengagement

Line Lecours, directrice de Promotion Handicap Estrie, déplore que les organismes se retrouvent à devoir pallier le désengagement de l'État, sans avoir les ressources nécessaires pour le faire. Dans ce contexte, les groupes revendiquent la fin des compressions budgétaires et un réinvestissement majeur dans les services publics et les programmes sociaux, le plein financement à la mission globale de tous les organismes d'action communautaire autonome qui y ont droit, le respect de l'autonomie des organismes communautaires et la reconnaissance de leur travail comme moteur du progrès social et l'indexation annuelle des subventions pour suivre l'augmentation des coûts de fonctionnement.

Rappelons que tout ce monde se donne rendez-vous mercredi à Sherbrooke pour un grand rassemblement.

De 500 à 600 personnes, provenant de Cowansville à Mégantic, sont attendues au Bingo Abénaquis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer